Marchés français ouverture 7 h 33 min
  • Dow Jones

    34 152,01
    +239,61 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 102,55
    -25,55 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,89 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0178
    +0,0007 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,38 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 482,18
    -208,26 (-0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,15
    -2,76 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 305,20
    +8,06 (+0,19 %)
     

La BCE lance l'offensive contre l'inflation

Ralph Orlowski

La Banque centrale européenne se lance dans une course contre l'inflation en remontant progressivement ses taux directeurs. Mais les crainte de fragmentation des taux d'intérêt des différents pays européens inquiètent.

Trop tardif, trop lent ? La entame jeudi les grandes manœuvres face à l'inflation galopante et va relever ses taux pour la première fois depuis onze ans, mais elle est déjà sous pression pour en faire plus. Le plan de bataille a été annoncé en juin: pour tenter d'enrayer la hausse des prix, la BCE va relever de 25 points de base ses taux directeurs, une première depuis 2011. Les gardiens de l'euro ont soigneusement préparé depuis des mois la fin de l'argent pas cher qui a permis d'aider l'économie à surmonter les crises des dernières années.

Lire aussi

Ce resserrement de la politique monétaire a déjà été amorcé en juillet avec l'arrêt des nouveaux achats de dette sur les marchés. Objectif: réduire la masse monétaire en circulation et freiner l'inflation qui a battu le mois dernier un nouveau record dans la zone euro, à 8,6% sur un an. L'institution de Francfort finit donc par rejoindre le peloton des autres banques centrales, comme la Fed américaine, bien plus actives depuis des mois contre la flambée des prix.

Réaction hésitante

Cela fait pas moins de huit ans que la BCE applique un taux de dépôt négatif (-0,50%) aux liquidités excédentaires que les banques lui confient, dans le but de les inciter à octroyer davantage de crédits pour soutenir l'activité et faire remonter le taux de l'inflation à 2%, conformément à son mandat. Cet objectif de hausse de prix est resté hors d'atteinte durant des années. Il est désormais largement pulvérisé sous l'effet conjugué de la reprise post-Covid, des tensions sur les chaînes d'approvisionnement et de la crise énergétique liée à l'offensive russe en Ukraine.

Les gardiens de l'euro, qui ont longtemps assuré que cette envolée de l'inflation était temporaire, ont dû reconnaître qu'ils l'avaient sous-estimée. Rétrospectivement, "le processus de normalisation très graduel et prudent que la BCE a entamé à la fin de l'année dernière a tout simplement été trop lent et trop tardif", juge Carsten Brzeski, économiste chez ING. Aussi, la p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles