Marchés français ouverture 8 h 49 min

BCE, Fed… “les banques centrales sont prises à leur propre piège”

Je n’ai cessé de le répéter depuis des années dans ces mêmes colonnes et ailleurs : la politique économique, qu’elle soit monétaire ou budgétaire, doit être contracyclique. Cela signifie simplement que lorsque l’activité souffre, d’une part, les banques centrales doivent réduire fortement leurs taux directeurs, voire, lors de cas extrêmes, actionner la “planche à billets” et, d’autre part, les gouvernements augmenter leurs dépenses publiques. C’est d’ailleurs ce qui a permis de sauver l’économie mondiale lors de la crise qui a suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008-2009. A l’inverse, lorsque la croissance revient, il faut inverser la vapeur, de manière à pouvoir relancer la machine lors de la prochaine crise.

Le problème est que, depuis 2017, en dépit de l’amélioration de l’activité, les banques centrales et de trop nombreux Etats à travers la planète ont continué de mener une politique ultra-accommodante. Et ce, principalement pour faire plaisir aux marchés et/ou aux dirigeants politiques, alimentant par là même des bulles financières, que je n’ai cessé de dénoncer envers et contre tous, m’attirant parfois les foudres de certains. Malheureusement, à présent que l’économie mondiale a vraiment besoin de l’action des banques centrales et des Etats, ceux-ci n’ont quasiment plus de cartouches dans leur besace. En effet, les taux d’intérêt des banques centrales sont déjà au plus bas ou presque, les déficits et les dettes publics ont flambé (excepté en Allemagne) et les “planche à billets” ont déjà été utilisées à l’excès sans produire d’effets économiques positifs considérables.

>> A lire aussi - Taux d’intérêt : “la réunion de crise de la BCE risque de faire grimper l’euro”

Pour mémoire, rappelons que la “planche à billets” revient à créer de la monnaie ex-nihilo, c’est-à-dire sans création de richesses correspondantes. En temps normal, pour pouvoir créer de la monnaie, la banque centrale d’un pays doit disposer de compensations à l’actif de son bilan, en l’occurrence

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les établissements scolaires resteront fermés au moins trois semaines, annonce Jean-Michel Blanquer
La Bourse en net rebond, après un jeudi noir
Boeing va perdre une subvention déguisée
Box Internet : 2 offres en promotion chez SFR et Orange
Le chef étoilé plaque son restaurant vendéen pour l’Asie