La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 255,58
    -378,34 (-2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

La BCE embarquée dans un long "voyage" de hausse des taux : le conseil Bourse

La BCE a plombé l’ambiance sur les marchés financiers, jeudi. Face à l’envolée impressionnante de l’inflation dans l’Union monétaire, elle a ouvert la porte à une action prolongée sur le front de ses taux directeurs, en considérant que des hausses régulières seront nécessaires pour ramener l’inflation à son objectif de 2%. L’autorité monétaire de la zone euro prévoit désormais une inflation à 3,5% en 2023 et à 2,1% en 2024. “La prévision d’une inflation à long terme supérieure à 2% est sans précédent et reflète un changement majeur au sein de la BCE”, souligne la société de gestion Candriam.

Le changement de cap “est bel et bien acté”, renchérit Véronique Riches-Flores, fondatrice de RF Research. Comme l’a précisé Christine Lagarde devant la presse, “il ne s’agit pas seulement d’une marche franchie mais d’un voyage au long cours durant lequel la BCE relèvera ses taux autant qu’il faudra pour ramener l’inflation là où son mandat la contraint”, souligne l’experte. La BCE “signe la fin des taux négatifs et le début d'une trajectoire graduelle et à long terme”, avertit Candriam, pour qui lancer le processus de normalisation à ce stade du cycle est à ses yeux “un véritable défi”. Moins de liquidités, moins d'achats d'obligations et des taux plus élevés “constituent un cocktail parfait pour un été qui s’annonce très chaud”, selon l’établissement financier, qui juge “important de rester sélectif et flexible” dans un tel environnement.

En réaction aux propos de la BCE, les anticipations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le début des vacances menacé par une grève dans les aéroports parisiens ?
TotalEnergies lui envoie une facture d'électricité de 15.000 euros sans explication
Guerre en Ukraine : le successeur de McDonald's s'installe en Russie
Le CAC 40 torpillé par l'inflation aux Etats-Unis et la BCE
Les ventes de produits bio en baisse, une première depuis huit ans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles