La bourse ferme dans 24 min
  • CAC 40

    5 809,55
    -0,18 (-0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 698,85
    -8,87 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    31 485,36
    +93,84 (+0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,2079
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 709,90
    -23,70 (-1,37 %)
     
  • BTC-EUR

    42 233,61
    +1 302,84 (+3,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 021,40
    +33,30 (+3,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,54
    +1,79 (+3,00 %)
     
  • DAX

    14 021,54
    -18,26 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    6 647,91
    +34,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    13 259,82
    -98,96 (-0,74 %)
     
  • S&P 500

    3 860,93
    -9,36 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3981
    +0,0024 (+0,17 %)
     

Quand Bayrou défie Macron avec le soutien de... Le Pen et Mélenchon

·2 min de lecture

EDITO - Le président du MoDem rappelle Emmanuel Macron à sa promesse d'instaurer le scrutin proportionnel aux prochaines législatives. Et a demandé aux autres partis politiques de soutenir sa demande.

Président du MoDem, maire de Pau, , François Bayrou compte parmi les rares en mesure d’exercer une véritable influence sur Emmanuel Macron. Le président de la République sait ce qu’il doit au chef centriste: son ralliement s’est avéré décisif en 2017, tandis que Bayrou ne lui a jamais manqué depuis le premier jour de son quinquennat. Mais voilà qu’il... écrit, en tant que chef de parti, au chef de l’Etat et qu’il le fait savoir, alors que les deux ont pris l’habitude de se parler à plusieurs reprises dans une semaine. Que se passe-t-il alors qui puisse exiger pareil acte solennel? En fait, Bayrou rappelle Macron, non pas à ses devoirs, mais à ses promesses, à "sa" promesse institutionnelle fondamentale: instaurer le scrutin proportionnel (tout ou partie?) à l’occasion des prochaines élections législatives 2022, quelques semaines après le choix présidentiel. Et les arguments de François Bayrou ne manquent pas de force.

, il évoque une "obligation politique et morale". Il ne songe pas seulement à la promesse du candidat Macron; il constate comme tout un chacun s’intéressant un tant soit peu à la politique que nos institutions sont défaillantes en cela qu’elles ne permettent plus l’expression des citoyens au parlement et, en particulier, à l’Assemblée nationale. "Des millions d’électeurs ne sont pas représentés, insiste Bayrou. C’est inacceptable". Comment lui donner tort quand le Rassemblement national, sans doute aujourd’hui le premier parti de la République, ne dispose pas même d’un groupe au Palais Bourbon? La réplique est par avance connue: l’instauration de la proportionnelle intégrale, c’est une centaine de députés d’extrême-droite qui déferlent à la chambre. Une catastrophe démocratique. Bayrou réfute ce point de vue: "s’il y a assez de voix pour que ces deux parlementaires soient élus, c’est qu’il y a des électeurs. Or, pour moi, leur voix vaut celle d’un électeur LREM, MoDem, LR, PS, écologiste ou Insoumis. Il n’y a aucune raison qu’on ne le représente pas. [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi