La bourse ferme dans 2 h 30 min
  • CAC 40

    6 750,77
    -15,74 (-0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 216,60
    -7,37 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1621
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 795,30
    +1,90 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    50 842,04
    -3 380,79 (-6,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 416,95
    -88,20 (-5,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,55
    -1,10 (-1,30 %)
     
  • DAX

    15 701,41
    -55,65 (-0,35 %)
     
  • FTSE 100

    7 266,50
    -11,12 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    29 098,24
    -7,77 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    25 628,74
    -409,53 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,3739
    -0,0025 (-0,18 %)
     

Une batterie souple et extensible inspirée des serpents

·1 min de lecture

Les meilleures innovations viennent le plus souvent en observant la nature. C’est le cas d’une nouvelle batterie développée par des chercheurs coréens qui se sont inspirés des serpents. Dans un article publié dans la revue Soft Robotics, ils décrivent leur batterie conçue pour imiter des écailles.

Les serpents peuvent onduler et même manger des proies plus grosses qu’eux grâce à une peau souple avec des plis sous leurs écailles, qui peut s’étirer en cas de besoin. C’est ce mécanisme que les chercheurs ont voulu recréer. Plutôt que de concevoir une batterie compacte avec des matériaux souples, ils ont assemblé un grand nombre de petites batteries reliées par des connecteurs pliables.

Une comparaison de la structure de la batterie, à gauche, avec les écailles d’un serpent. © Korea Institute of Machinery and Materials
Une comparaison de la structure de la batterie, à gauche, avec les écailles d’un serpent. © Korea Institute of Machinery and Materials

Une batterie conçue pour la robotique molle

Les chercheurs ont opté pour des batteries de forme hexagonale avec des connecteurs à base d’un mélange d’un polymère et de cuivre reliés aux batteries avec un système de charnière. Cette structure peut être produite en masse grâce à un processus inspiré par l’origami. L’ensemble peut ainsi se replier et se déplier pour s’adapter aux mouvements et déformations de l’appareil qu’il alimente sans perdre en puissance.

Selon les chercheurs, cette batterie permettrait de créer des accessoires connectés et appareils médicaux pliables, plus adaptés aux humains. Elle serait tout particulièrement adaptée aux robots mous, capables d’explorer des environnements extrêmes comme l’espace et la mer profonde, ou encore d’intervenir dans des opérations de secours.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles