La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    28 914,07
    -354,86 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Une ONG suspecte des bateaux chinois de "piller" les eaux argentines

·1 min de lecture

Des bateaux chinois qui pillent les eaux argentines ? C'est en tout cas ce que suspecte l'ONG américaine Oceana, qui affirme, ce mercredi 2 juin dans un rapport, que des centaines de navires de pêche, en majorité chinois, disparaissent fréquemment des radars publics au large de l'Argentine. Selon l'ONG, pour ces dissimulations couvrent probablement un "pillage" en règle des ressources marines. Cette constatation fait suite à l'analyse, sur une période de trois ans et demi (janvier 2018 à avril 2021), des signaux GPS transmis par quelque 800 bateaux alors en activité près des eaux argentines.

Grâce au site Global Fishing Watch, qu'elle a lancé avec Google et la société SkyTruth, elle peut visualiser leur itinéraire sur une carte et déterminer, grâce à des algorithmes étudiant leur trajectoire et leur vitesse, leurs activités de pêche. Sur la période, 900.000 heures de "pêche visible" ont été détectées, dans une zone des eaux internationales comprise entre la frontière marquant la zone économique exclusive de l'Argentine et s'en éloignant seulement de jusqu'à 20 miles nautiques vers le large. Près de 70% de ce nombre d'heures était effectué par environ 400 bateaux chinois, et 26% par des bateaux sud-coréens, espagnols et taïwanais, pour seulement 1% par des bateaux argentins.

>> Achetez et vendez vos placements (actions, cryptomonnaies, or…) au bon moment grâce à Momentum, la newsletter de Capital sur l’analyse technique

Surtout, les activités de ces navires étaient "dissimulées" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les exportations d'armement français ont chuté en 2020
La Chine développe un bombardier furtif équipé de missiles nucléaires
Suppression de l'ENA et réforme de la haute fonction publique au menu du conseil des ministres
Budget rectificatif : les principaux arbitrages du gouvernement
Bientôt une taxe temporaire pour les “ultra-riches” ? Les nouvelles règles Covid pour les repas au bureau... Le flash éco du jour