Marchés français ouverture 2 h 11 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 232,13
    +206,67 (+0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1656
    +0,0038 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    25 708,52
    +298,77 (+1,18 %)
     
  • BTC-EUR

    53 621,81
    -79,93 (-0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 460,62
    +8,99 (+0,62 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

La bataille de Suez France est relancée

EXCLUSIF – Le gouvernement est de nouveau à la manœuvre autour de Suez France, alors que le fonds Meridiam exige désormais une participation majoritaire dans le groupe.

Le gouvernement en est désormais certain: les manœuvres autour de Suez vont reprendre. , secrétaire général de l’Elysée et Nicolas Revel, directeur de cabinet du Premier ministre, ont reçu ces derniers jours des messages clairs du fonds d’investissement français Meridiam: , son patron, refuse de se contenter des 40% qu’il a obtenus dans Suez France. "Il veut obtenir la majorité ou rien", explique une source proche du dossier.

De quoi remettre en cause le délicat équilibre échafaudé après une année de bataille homérique, qui a secoué le monde des affaires français. Au terme d’un long combat, Antoine Frérot, patron de Veolia, est en effet dans la dernière ligne droite pour son concurrent Suez. Mais il n'a pu y parvenir qu'en délaissant les activités françaises de ce dernier, pour éviter une domination écrasante sur le marché de l’eau et des déchets de l’Hexagone. Le nouveau Suez France a donc ouvert son tour de table à la Caisse des dépôts, à hauteur de 20%, Meridiam (40%) et le fonds d’investissement américain Global Infrastructure Partners (GIP, 40%).

Lire aussi

Problème: cette gouvernance morcelée rend toute prise de décision difficile. La société est toujours sans directeur général pour succéder à - même si la fumée blanche est promise pour les prochaines heures. Des semaines de discussions n’ont permis que de sortir du chapeau, en juillet, deux noms de directeurs délégués: Maximilien Pellegrini et Ana Giros. Venue de l’interne et dotée d’un solide parcours international, cette dernière était pourtant soutenue par la Caisse des dépôts pour accéder à la tête du nouveau Suez France. En vain.

D’après une source proche du dossier, Thierry Déau, soulignerait auprès du gouvernement qu’une telle situation, insatisfaisante, risque d’affaiblir une société dont la qualité de service est surveillée de près par les élus du territoire. Et l'ingénieur des Ponts et Chaussées se proposerait de monter à 55% du capital pour prendre en main la destinée de Suez France –une ambition[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles