La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 079,42
    -121,25 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    13 902,56
    -149,79 (-1,07 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2042
    +0,0062 (+0,52 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 231,72
    +55,21 (+0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 259,73
    -39,23 (-3,02 %)
     
  • S&P 500

    4 162,51
    -22,96 (-0,55 %)
     

Bataille autour du château Beauséjour: la famille Courtin (Clarins) peine à s'inviter à Saint-Emilion

·2 min de lecture

Les propriétaires du groupe Clarins ont jeté leur dévolu sur un très joli vignoble de Saint-Emilion, le château Beauséjour, mais ils se heurtent à quelques résistances locales qui lorgnent le même bien.

C'est la dernière affaire dont on parle dans le village de Saint-Emilion (Gironde). Comme souvent dans ce riche terroir, proche des terres qui ont jadis servi de décor aux romans de François Mauriac, il y est . Comme souvent aussi dans les vignes, ce sont des femmes qui sont aux commandes.

Le château Beauséjour, 1er Grand Cru Classé B, est l'objet d'un bras de fer entre différents et prestigieux acquéreurs. Cette magnifique propriété de 8 hectares dont 6,8 en exploitation, est détenue depuis 1847 par la famille Duffau Lagarrosse qui souhaite s'en séparer. On dit dans la région que la propriété se négocierait dans les 70 millions d'euros. Après avoir sélectionné deux acheteurs potentiels il y a plusieurs mois, les vendeurs ont décidé de faire affaire avec le mieux offrant, la famille Cuvelier, bien connue dans la région pour détenir déjà le Clos Fourtet, et les châteaux Les Grandes Murailles, Poujeau et Côte de Baleau.

La Safer s'en mèle

L'affaire rondement menée sous les auspices de la banque d'affaires Rothschild, aurait dû se conclure sans problème si les acheteurs n'avaient pas eu la mauvaise idée de vouloir faire quelques économies de dernière minute. "Les Cuvelier père et fils ont demandé que la transaction passe par la SAFER (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural), l'organisme chargé d'orchestrer la politique foncière rurale sous la tutelle de l'Etat, sans doute parce que cela permet de payer des droits d'enregistrement nettement moins élevés que dans une transaction classique", croit savoir un viticulteur de la région.

Lire aussi

Très mauvais choix car la Safer a aussi un fonctionnement très encadré qui l'oblige à faire un appel public à candidatures afin de s'assurer que le repreneur correspond bien à ses critères. Au grand dam de la famille Cuvelier, plusieurs acheteurs se sont alors fait connaître auprès de la Safer, qui a dû instruire leurs offres : Stéphanie de Boüard, 39 ans, actionnaire et gérante de château Angelus, l'un des quatre vi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi