La bourse ferme dans 27 min
  • CAC 40

    6 690,02
    +2,23 (+0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 939,76
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    33 745,35
    +149,01 (+0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,0506
    +0,0037 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +10,70 (+0,60 %)
     
  • BTC-EUR

    16 035,20
    -266,68 (-1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    395,48
    -6,55 (-1,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,51
    -0,74 (-1,00 %)
     
  • DAX

    14 328,76
    -14,43 (-0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 534,00
    +12,61 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    11 020,76
    +5,87 (+0,05 %)
     
  • S&P 500

    3 954,22
    +12,96 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2196
    +0,0063 (+0,52 %)
     

Basket : qui est Victor Wembanyama, le prodige français favori de la prochaine draft en NBA ?

2m21 sous la toise, 2m44 d'envergure... Victor Wembanyama , c'est d'abord un physique hors norme, du jamais vu dans le basket français. Mais le géant a aussi des mains en or. C'est simple, le gamin déchaîné sait tout faire sur un terrain : dribbler, passer, shooter de près comme de loin.

Lancé en pro à seulement 15 ans

Des qualités qui lui ont permis d'entamer sa carrière très tôt, à 15 ans seulement. Depuis, le monde entier a les yeux rivés sur le prodige. "Ce que je fais, c'est pour moi-même. Tout ce que je réussis, tout ce que j'entreprends, ça découle de moi, de ma réflexion et de mon travail", explique-t-il.

>>Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Favori des bookmakers

Une confiance à toute épreuve et un plan de carrière qui rappelle un certain Kylian Mbappé. Cet été, Victor Wembanyama est rentré en région parisienne aux Metropolitans 92 pour disputer sa dernière saison en France. L'an prochain, c'est la NBA et il n'a qu'un rêve : la première place de la draft, ce concours organisé chaque année par la NBA permettant aux clubs de recruter un joueur issu de l’université, du lycée, ou de l’étranger.

"C'est mieux d'être deuxième, troisième ou vingtième de la draft si après, on a une meilleure carrière. Mais j'ai toujours cette part de fierté de me dire qu'il faut qu'il n'y est personne devant moi, c'est moi qui dois être au-dessus. Ça tombe bien, puisque pour les bookmakers, c'est le grand favori, ce qui serait une première historique pour le basket frança...


Lire la suite sur Europe1