Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 361,42
    +1 128,45 (+1,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 444,65
    -23,45 (-1,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Basket: le staff des Bleues se défend après la non-sélection polémique de Johannès

Basket: le staff des Bleues se défend après la non-sélection polémique de Johannès

C’était le dossier brûlant de ce jeudi midi au rassemblement de l’équipe de France féminine de basket à l’INSEP. Plus tôt dans la matinée, la liste de 15 joueuses retenues officialisait l’absence de Marine Johannès. Plusieurs mois auparavant, le staff dit avoir averti les joueuses concernées par la WNBA (Johannès, Williams et Rupert, dont la situation est différente)). Le championnat américain féminin se dispute du mois de mai jusqu’à fin octobre. La WNBA, soucieuse de moins voir ces joueuses jouer en Europe la moitié de l’année, a imposé à ses dernières d’être présentes au début de la saison américaine.

En mars 2023, Johannès a resigné un contrat d’un an avec New York Liberty pour un montant de 62.000 dollars. Sa franchise, en l’incluant dans son effectif officiel de 12 joueuses il y a quelques jours, lui demande de venir outre-atlantique quelques jours pour notamment signer son contrat et remplir des obligations. Malgré un bref aller retour, la Fédération, dans son communiqué, affirme que Johannès n’aurait pu rejoindre le groupe France que le 7 juin en raison des jours de repos accordés le 4,5 et 6 juin. Jean-Aimé Toupane dit assumer la décision.

Les joueuses comprennent et acceptent

Interrogées par plus de médias que d’habitude, les joueuses ont été assaillies de questions sur le cas Johannès. De quoi même agacer Sarah Michel, la joueuse cadre, qui rappelait à juste titre que les Bleues ont toujours eu des absentes à chaque campagne. Cependant, il s’agit d’une première concernant Johannès, non sélectionnée à cause de la WNBA.

PUBLICITÉ

La capitaine, Sandrine Gruda, respecte la décision mais concède qu’elle aurait fait différemment si elle était présidente de la Fédération: "Alors sans jugement, encore une fois, je commence par préciser que je respecte et accepte les décisions prises. Donc moi personnellement ce que j'aurais fait, j'aurais laissé Marine partir une semaine et je l'aurais reprise dans le groupe juste après. Encore une fois, je comprends aussi le positionnement de Jean-Aimé Toupane qui a une préparation courte et qui a besoin de faire un choix clair. Il y a des enjeux. C’est un Championnat d’Europe. Il a besoin de s’entraîner avec nous."

Toupane: "Il n'y a pas de porte fermée"

Elle aussi interrogée, Marine Fauthoux admet qu’elle aurait préféré avoir Johannès car l’arrière de l’ASVEL est l’un des atouts offensifs majeurs des Bleues et son forfait, conjugué à celui de Gabby Williams (commotion), handicapent sérieusement l’équipe de France.

La ligne de défense de Jean-Aimé Toupane est de pointer le peu de temps pour préparer cet Euro féminin: 13 entraînements. "Marine Johannès, on ne la prive pas de l’équipe de France. Il n’y a pas de porte fermée. On a toujours souhaité qu’elle soit là. Maintenant, moi, en tant qu’entraîneur, j’ai des objectifs. Je suis sur le volet purement sportif. J’en ai encore discuté avec elle, il y a 2-3 jours. Je comprends sa décision. Elle était tiraillée entre l’équipe de France, la WNBA. Nous, on veut quelque chose de grand. On veut être championnes d’Europe. On ne peut pas se permettre d’arriver au dernier moment. Je respecte son choix."

Après cinq finales perdues, la France veut enfin renouer avec les titres. Jean-Aimé Toupane est en charge de sa deuxième campagne internationale après la Coupe du Monde 2022 et un quart de finale. Après avoir plusieurs fois martelé l’objectif, le sélectionneur a concédé que ne pas gagner l’Euro du 15 au 25 juin en Slovénie, serait un échec.

Article original publié sur RMC Sport