La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    35 511,37
    -1 164,11 (-3,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Barnier et Ciotti en lice à leur tour chez Les Républicains

·2 min de lecture

Alors que Wauquiez jette l'éponge, c'est au tour de Barnier et Ciotti d'annoncer leur candidature chez Les Républicains pour la présidentielle 2022. Pendant que Bertrand tente de tracer son propre sillon.

Le rythme accélère à droite où Laurent Wauquiez a renoncé ce jeudi 26 août à se présenter à la présidentielle de 2022, estimant que pour lui "le moment n'est pas venu", tandis qu' s'est invité dans la primaire pour porter un projet de "droite forte". , ancien négociateur européen pour le Brexit, a également annoncé sa décision d'être candidat" pour porter le projet à droite d'une "France réconciliée".

Parmi les axes de son projet, M. Barnier a évoqué l'idée de "limiter l'immigration et la maitriser" et de "remettre le travail, le mérite au centre de notre société" ainsi que la lutte contre "le changement climatique qui va tout bouleverser".

Wauquiez s'efface

Le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes, , dont les intentions faisaient l'objet de moult spéculations a expliqué pour sa part "qu'être candidat à l'élection présidentielle, c'est une décision que l'on prend non parce que l'on en a simplement envie, mais parce que l'on se sent en situation de rassembler son camp et de réunir les Français. Je considère que pour moi, ce moment n'est pas venu". Il a ajouté: "Je ne veux pas ajouter de la division à la division", en s'inquiétant que "les candidatures à la présidentielle à droite se multiplient de façon inquiétante".

Il a assuré qu'il s'emploierait désormais à oeuvrer "pour l'unité d'une candidature à droite" et à "veiller à ce que la droite assume clairement et fortement ses convictions".

Ciotti toujours plus ferme

Quelques heures avant ce renoncement, Eric Ciotti, 55 ans, avait créé la surprise en se mettant sur les rangs d'une primaire "pour que la France reste la France" et "redonner un espoir à cette France qui décline", avec "un projet pour plus d'autorité, plus de liberté, plus d'identité". Ce tenant de la fermeté sur les questions d'immigration avait alors plaidé pour "qu'on revienne sur le droit du sol au profit du droit du sang, car l'âme française se délite" et pour "l'inscription dans la Constitution de nos origines chrétiennes".

Sa ligne très à [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles