Publicité
La bourse ferme dans 4 h 45 min
  • CAC 40

    7 766,81
    -97,89 (-1,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 983,68
    -50,75 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0804
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    2 335,10
    -19,70 (-0,84 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 518,99
    -337,76 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 418,11
    +5,16 (+0,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,88
    -0,62 (-0,79 %)
     
  • DAX

    18 425,17
    -205,69 (-1,10 %)
     
  • FTSE 100

    8 175,95
    -39,53 (-0,48 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • GBP/USD

    1,2779
    -0,0021 (-0,16 %)
     

Barça-Real: Bellingham offre une victoire inespérée aux Madrilènes dans une fin de Clasico renversante

Barça-Real: Bellingham offre une victoire inespérée aux Madrilènes dans une fin de Clasico renversante

"Nous aussi nous avons des jeunes avec un grand avenir", rappelait Carlo Ancelotti avant le 187e Clasico contre le Barça, en Liga. L'entraîneur du Real Madrid a surtout la chance de pouvoir compter dans ses rangs un prodige qui survole le championnat cette saison, l’international anglais Jude Bellingham. L’homme providentiel a encore surgi en fin de match pour inscrire un doublé qui fera date, et sauver la mise de son club, amorphe en première période.

Auteur de ses 9e et 10e buts en championnat (13 réalisations toutes compétitions confondues), Bellingham a relancé son équipe d’une frappe majestueuse, avant de se trouver une nouvelle fois au bon endroit, au bon moment, à la réception d’un centre dévié par Luka Modric. Ce succès (2-1) arraché dans le temps additionnel permet au Real de récupérer la première place du classement et de posséder quatre points d’avance sur le FC Barcelone.

L'entrée de Camavinga fait basculer le match

Logo culte des Stones sur le maillot - Mick Jagger, Keith Richards et Ronnie Wood étaient présents en tribunes - les Barcelonais auraient presque pu fredonner le tube "I can’t get no satisfaction" au coup de sifflet final tant ce match qu'ils semblaient maîtriser avant de perdre pied va leur laisser un goût amer. Décimé par les blessures (De Jong, Pedri, S. Roberto…), le Barça a fait confiance à ses jeunes pépites du centre de formation pour poursuivre son sans-faute en Liga, et rester invaincu à Montjuic, théâtre des Jeux olympiques de 1992, sa maison provisoire en attendant que les travaux du Camp Nou soient terminés.

PUBLICITÉ

Et les joyaux de la Masia n’ont pas déçu au cours d’une première période que les Barcelonais ont dominé dans tous les compartiments du jeu face à des Madrilènes très fébriles. Décisif à deux reprises pour sa première titularisation en Ligue des champions cette semaine, la nouvelle sensation catalane Fermin Lopez a vu sa frappe croisée du droit heurter le poteau (16e), dix minutes après l’ouverture du score de l’international allemand Ilkay Gündogan (6e).

Sauvé par son poteau à la reprise (51e), le Real a bien failli sombrer dès l’entame de la seconde période. Au bord du gouffre, le club merengue s’est accroché à sa bonne étoile et a finalement réussi à inverser la tendance dans la foulée en se montrant beaucoup plus entreprenant après l’entrée sur le terrain du Français Eduardo Camavinga. Les Barcelonais ont eux perdu le fil progressivement, s'exposant à un scénario renversant. Un scénario que le joyau Bellingham, longtemps absent, a brillamment mis en scène, confirmant son impressionnant début de saison.

Article original publié sur RMC Sport