La bourse ferme dans 25 min
  • CAC 40

    6 055,27
    -18,08 (-0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 540,65
    +7,48 (+0,21 %)
     
  • Dow Jones

    31 513,29
    +12,61 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0598
    +0,0039 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    1 826,60
    -3,70 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    19 626,97
    -698,44 (-3,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,24
    -8,55 (-1,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,08
    +1,46 (+1,36 %)
     
  • DAX

    13 183,51
    +65,38 (+0,50 %)
     
  • FTSE 100

    7 260,87
    +52,06 (+0,72 %)
     
  • Nasdaq

    11 596,28
    -11,34 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    3 914,37
    +2,63 (+0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    26 871,27
    +379,30 (+1,43 %)
     
  • HANG SENG

    22 229,52
    +510,46 (+2,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,2305
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Les banquiers d'Elon Musk sont face au dilemme de l'année

Elon Musk lors de l'inauguration de sa Gigafactory de Grünheide, en Allemagne, le 22 mars 2022. | Patrick Pleul / AFP
Elon Musk lors de l'inauguration de sa Gigafactory de Grünheide, en Allemagne, le 22 mars 2022. | Patrick Pleul / AFP

Depuis son annonce choc de rachat de Twitter pour 44 milliards de dollars (42,15 milliards d'euros), Elon Musk entretient le flou autour du futur de cette opération.

Après avoir acheté 9,2% du réseau social en avril, puis réuni les financements nécessaires au rachat du reste, appuyé notamment par certains gros investisseurs aux relations parfois plutôt questionnables, et enfin obtenu l'accord unanime du conseil d'administration de la plateforme, le milliardaire ne cesse de souligner qu'il peut annuler l'opération si il le souhaite.

À lire aussiLa dette créée par Elon Musk pourrait tuer Twitter

Son argument principal: un désaccord quant au nombre de bots présents sur la plateforme. Prétexte ou pas, il affirmait que la non-coopération de Twitter pouvait légalement lui permettre d'interrompre le rachat. La firme a fini par s'exécuter en transmettant au patron de Tesla une quantité astronomique de données, dont l'exploitation peut d'ailleurs poser question.

Au milieu de cet imbroglio se trouvent six banques (Morgan Stanley, Goldman Sachs, J.P. Morgan Chase, Bank of America, Barclays et Allen & Company), qui travaillent sur la transaction et se trouvent désormais devant un immense dilemme.

Pile je perds, face tu gagnes

D'un côté, Musk est un de leurs clients, et pas des moindres. Le rachat de l'un des plus grand réseaux sociaux du monde par l'homme le plus riche du monde a donc naturellement attiré une attention politique et médiatique énorme.

Les banques impliquées ont donc intérêt à donner à leur client les meilleurs conseils possibles et à l'aider à annuler sa proposition en limitant la casse si c'est ce qu'il souhaite, ou si le rachat complique trop ses autres activités, notamment celles de Tesla.

De l'autre, en cas d'accord entre Musk et Twitter, ces six établissement bancaires se partageraient, selon le Financial Times, 191,5...

Lire la suite sur korii.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles