La bourse est fermée

Les banques plutôt armées en cas de hausse des taux d'intérêt

L'immeuble de la Banque centrale européenne à Francfort le 12 mai 2016

Francfort (AFP) - La majorité des grandes banques de la zone euro sont bien armées face à d'éventuelles hausses des taux d'intérêt, a déclaré lundi le superviseur au sein de la Banque centrale européenne à l'issue de tests visant ces établissements

Il ressort que 60 banques scrutées sur 111 ont reçu les meilleures notes, soit un ou deux sur une échelle comprenant quatre points, après avoir observé le comportement de leurs recettes et de la valeur de leurs actifs face à des hausses soudaines de taux.

Moins bien loties à l'issue du test, 34 banques ont obtenu la note "3" et 17 un "4".

"Ceci est conforme à nos attentes, mais il faut s'en occuper", a déclaré Korbinian Ibel, responsable de l'une des quatre unités de supervision de la BCE, devenu en novembre 2014 le superviseur unique des grandes banques de la zone euro.

En moyenne, les produits nets bancaires des établissements reflueraient de 7,5% en 2019 si les taux d'intérêt se maintenaient à leur plus bas niveau, mais augmenteraient de 10,5% en cas de relèvement des taux de 2 points de pourcentage.

Mais des taux plus élevés pourraient aussi amputer la "valeur économique des fonds propres" des banques, qui reflète la variation de la valeur à long terme de la banque en réaction à un changement des taux d'intérêt.

Les résultats de ces tests vont aider le superviseur à déterminer le niveau adéquat de fonds propres que chaque banque devra détenir pour se prémunir de chocs à venir.

La BCE maintient à zéro depuis mars 2016 son principal taux directeur.

Selon Korbinian Ibel, l'institution dispose désormais d'une vue détaillée concernant la manière dont les banques se préparent à un changement d'ère concernant les taux.

Il a notamment été mis en évidence que les modèles mesurant l'impact de l'évolution des taux d'intérêt sur le comportement des clients étaient basés uniquement sur les dernières années, lorsque les taux ont diminué.

Lorsque les taux augmenteront, les clients seront davantage enclins à transférer des dépôts ailleurs, vers des comptes offrant une rémunération plus élevée. Or, cela n'est que rarement modélisé par les banques.

Un "niveau de sophistication" que la BCE attend désormais des institutions placées sous son contrôle, a conclu Korbinian Ibel.