La bourse est fermée

Comment les banques peuvent se servir des données sans tomber dans la bureaucratie

1 / 2

Comment les banques peuvent se servir des données sans tomber dans la bureaucratie

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que grâce aux masses de données que les entreprises collectent sur leurs clients, il doit être possible de délivrer à ces derniers les meilleures offres aux meilleurs moments, à chacune des étapes de leur parcours. On s’attache ainsi à personnaliser la relation client. Mais de quelle façon précisément?

Une telle approche repose sur une contrainte forte: collecter des données clients de manière massive, organisée et régulière, avec la tentation inévitable d’en vouloir toujours plus. Surtout si ces données peuvent être vendues à d’autres entreprises. Le risque est alors d’alourdir l’expérience client. Or n’est-ce pas assez ce que nous vivons désormais? Pourquoi faut-il donc indiquer sa classe d’âge pour acheter un billet à une borne SNCF en gare?

Qu’il s’agisse des cookies, dès que nous visitons un site, ou de l’obligation de communiquer son adresse et son numéro de téléphone pour la moindre réservation, on ne cesse de solliciter nos données personnelles, avec pour principaux résultats une accumulation sur nos messageries de spams passant directement à la poubelle, voire du harcèlement téléphonique. Et quant aux offres personnalisées qui nous conviennent effectivement, elles représentent l’exception bien plus que la règle.

Un travers bureaucratique bien connu

Le trait est peut-être un peu exagéré mais il souligne que, si elle se traduit par le fait que le...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi