La bourse ferme dans 3 h 14 min

Quand les banques se concentrent (beaucoup) trop sur les comptes courants de leurs clients

1 / 2

Quand les banques se concentrent (beaucoup) trop sur les comptes courants de leurs clients

Dans un article publié sur Forbes en février, le spécialiste américain du marketing bancaire, Ron Shevlin, annonce la lente mais inévitable disparition du compte courant. D'ici 10 à 15 ans, estime-t-il, les comptes courants bancaires seront devenus complètement obsolètes. Pourtant, les banques, ainsi que la plupart des nouveaux acteurs qui les concurrencent, concentrent leurs efforts d’innovation sur le suivi des comptes et les paiements associés. Quand le public, lui, attend de nouveaux services.

Nous nous garderons de reprendre le pronostic de Ron Shevlin en termes d’échéances. Dans le domaine bancaire, les choses vont souvent lentement (cela ne fait jamais que quarante ans, ainsi, que l’on attend la disparition des chèques). En revanche, il semble tout à fait pertinent de reconnaître que le compte courant – ce compte bancaire qui centralise à la fois nos revenus et nos principales dépenses – sera de moins en moins le pivot de toute relation bancaire. On s’étonne que les particuliers changent peu de banques, malgré toutes les facilités qui ont été mises en place pour le faire. Mais, pour la plupart des gens, fermer un compte courant pour en ouvrir un autre ailleurs ne représente pas un enjeu suffisant pour les décider à changer d’établissement.

Les comptes courants ne vont pas disparaître de sitôt, bien sûr. Mais ils sont déjà en train de se banaliser, en même temps que de se spécialiser. Beaucoup d’acteurs peuvent...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi