La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 223,14
    +292,62 (+0,95 %)
     
  • Nasdaq

    13 483,83
    +286,65 (+2,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 523,26
    -110,20 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2104
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • HANG SENG

    29 962,47
    +320,19 (+1,08 %)
     
  • BTC-EUR

    28 846,36
    +508,28 (+1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    692,53
    -8,08 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    3 858,56
    +59,65 (+1,57 %)
     

La Banque Postale : Ma French Bank séduit 200 000 clients en moins d'un an

Mathieu BRUCKMULLER
·1 min de lecture

Ma French Bank a fait un cinquième du chemin. Alors que La Banque Postale a assigné comme objectif la conquête d'un million de clients à sa filiale à l'horizon 2025, celle-ci en a séduit près de 200 000 après une première année d'activité. Ces chiffres ont été publiés ce mardi à l'occasion de la présentation des résultats semestriels de la Banque Postale. Lancée le 22 juillet 2019, Ma French Bank avait réussi, fin 2019, à capter 122 000 clients en un peu plus de 5 mois.

Paradoxe pour une banque qui se présente comme 100% mobile, la souscription à son offre est surtout réalisée (à 64%) dans le réseau des 2 000 bureaux de poste distributeurs, étendu depuis le 30 juin à 3 000. Un constat qui étonne même les responsables de Ma French Bank.

Ce compte sans découvert avec une carte bancaire Visa à 2 euros par mois s’adresse à « une clientèle jeune à la recherche d’une offre simple et attractive », explique La Banque Postale. Si Ma French Bank a récemment ajouté de nouvelles fonctionnalités, elle devra, pour continuer à séduire de nouveaux prospects et fidéliser les anciens, améliorer la qualité de son service client, difficilement joignable par téléphone. Un point noir qui a motivé plusieurs personnes à fermer leur compte selon une enquête de MoneyVox.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Crédit et épargne : les banques en ligne sont-elles de vraies banques ?
- Erreur ou oubli sur l'avis d'impôts : comment corriger votre déclaration 2020
- Crédit immobilier : empruntez-vous plus que la moyenne ?