La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 945,95
    +228,86 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 523,83
    +130,01 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0866
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 264,15
    +170,58 (+0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,37
    +5,58 (+1,08 %)
     
  • S&P 500

    4 056,75
    +38,98 (+0,97 %)
     

La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour 2023 et craint une récession

AFP - Daniel SLIM

L'institution basée à Washington ne table plus que sur 1,7 % de croissance et estime que certains pays pourraient se rapprocher dangereusement d'une récession.

La Banque mondiale a annoncé mardi avoir abaissé ses prévisions de croissance pour 2023, à des niveaux proches de la récession pour de nombreux pays, alors que l'impact de la remontée des taux d'intérêt par les banques centrales prend de l'ampleur, que la guerre russo-ukrainienne se poursuit et que les principaux moteurs de l'économie mondiale s'essoufflent. L'organisation internationale table ainsi pour cette année sur une croissance mondiale de 1,7%, ce qui marquerait la progression la plus faible depuis près de 30 ans, hors récessions de 2009 et 2020.

Dans son précédent rapport datant de juin, elle prévoyait une croissance de 3%. L'important ralentissement économique dans les pays avancés - la croissance devant décélérer à 0,5% aux Etats-Unis et dans la zone euro - pourrait augurer une nouvelle récession mondiale, moins de trois ans après la dernière. "Compte tenu de la fragilité des conditions économiques, toute nouvelle évolution défavorable - comme une inflation plus élevée que prévu, des hausses brutales des taux d'intérêt pour la contenir, une résurgence de la pandémie de COVID-19 ou une escalade des tensions géopolitiques - pourrait faire basculer l'économie mondiale dans la récession", explique l'institution dans la nouvelle édition de ses Perspectives économiques mondiales.

La conjoncture économique s'annonce particulièrement difficile pour les marchés émergents et en développement, affectés par un endettement élevé, la faiblesse des monnaies locales et par le ralentissement des investissements des entreprises, dont le taux de croissance annuel est désormais estimé à 3,5% pour les deux prochaines années. "La faiblesse de la croissance et des investissements des entreprises aggravera les revers déjà dévastateurs en matière d'éducation, de santé, de pauvreté et d'infrastructures, ainsi que les exigences croissantes du changement climatique", a déclaré le président de la Banque mondiale, David Malpass.

Rebond timide en Chine

La croissance de la Chine s'est e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi