La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 729,23
    -367,76 (-1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

La Banque de France voit un "fort ralentissement" de la croissance en 2023

Wikimedia

Pénalisée par l'inflation, en particulier des prix de l'énergie, la croissance française pourrait connaître un "fort ralentissement" en 2023, a affirmé ce vendredi 9 septembre le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau. Invité sur BFM Business, il a résumé l'évolution de l'activité économique dans les prochaines années en "3R: résistance en 2022, ralentissement en 2023 et rebond en 2024", à cinq jours de la présentation par la banque centrale de ses projections macroéconomiques 2022-2024. "Sur la croissance 2022, nous avions dit 2,3% au mois de juin, nous serons au-dessus" de ce chiffre, s'est réjoui le gouverneur. Dans sa dernière note de conjoncture publiée jeudi, la Banque de France prévoit en effet une progression de 0,3% au 3e trimestre, après une croissance de 0,5% au 2e trimestre, nettement plus dynamique que prévu.

"Les entreprises disent que les commandes tiennent, que les Français ont toujours envie de consommer, que les entreprises ont toujours envie d'investir", s'est félicité M. Villeroy de Galhau. Mais l'ancien haut fonctionnaire a ajouté un bémol: les entreprises avouent aussi avoir "de grandes difficultés à suivre, ce que les économistes appellent des problèmes d'offre: les difficultés d'approvisionnement, même si elles diminuent; l'inflation, en particulier sur l'énergie, et puis les difficultés de recrutement, qui durent depuis des années". "Donc quand nous regardons 2023, (la Banque de France s'attend à un) fort ralentissement, cette facture (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Scandale Orpea : des mauvais traitements dénoncés en Autriche
L'enseigne Noz ferme au moins vingt magasins en France
Bourse : le jour où la reine Elizabeth II a été victime d’un trader fou
Twitter aurait accepté de payer une fortune au lanceur d'alerte qui accuse le réseau de mensonges
Ikea va bientôt ouvrir un nouveau local à Paris