La bourse ferme dans 2 h 12 min
  • CAC 40

    6 654,75
    +45,44 (+0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 124,28
    +21,25 (+0,52 %)
     
  • Dow Jones

    34 930,93
    -127,59 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1885
    +0,0038 (+0,32 %)
     
  • Gold future

    1 823,50
    +23,80 (+1,32 %)
     
  • BTC-EUR

    33 547,26
    -205,36 (-0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    936,47
    +6,54 (+0,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,00
    +0,61 (+0,84 %)
     
  • DAX

    15 638,99
    +68,63 (+0,44 %)
     
  • FTSE 100

    7 089,40
    +72,77 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    14 762,58
    +102,01 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    4 400,64
    -0,82 (-0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 782,42
    +200,76 (+0,73 %)
     
  • HANG SENG

    26 315,32
    +841,44 (+3,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3962
    +0,0053 (+0,38 %)
     

La Banque de France relève la prévision de croissance 2021 à 5,75%

·2 min de lecture

La France devrait connaître en 2021 une croissance de 5,75%, a estimé ce lundi 14 juin la Banque de France en relevant d'un quart de point sa dernière prévision du mois de mars.

La France devrait connaître en 2021 une croissance de 5,75%, a estimé lundi la en relevant d'un quart de point sa dernière prévision du mois de mars.

La croissance sera marquée par "un fort rebond aux troisième et quatrième trimestres, avec une croissance soutenue de la consommation des ménages", prédit la banque centrale française, qui tablait jusqu'alors sur une hausse de 5,5% du produit intérieur brut (PIB).

Cette projection est plus élevée que celle du gouvernement, qui table sur un rebond de 5% cette année, après une récession de 8% l'an dernier.

L'institut d'émission a laissé ses prévisions de hausse du PIB inchangées pour 2022 et 2023, à respectivement 4% et 2%.

Mais l'activité "commencerait à dépasser son niveau pré-Covid dès le premier semestre 2022", soit un trimestre plus tôt que prévu précédemment.

"Sur la route de la sortie de crise, l'économie française n'est pas encore à l'arrivée, mais accélère", a commenté le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, lors d'une conférence de presse.

Il a précisé que le niveau d'activité était resté en mai 4% en deçà de l'avant-crise, contre 6% en avril, et qu'il ne sera plus que de 3% inférieur en juin.

La croissance sera marquée par "un fort rebond aux troisième et quatrième trimestres, avec une croissance soutenue de la consommation des ménages", prédit l'institution, qui s'affiche ainsi plus optimiste que le gouvernement qui table sur une progression de 5% du PIB cette année.

L'institut a en revanche laissé ses prévisions de hausse du PIB inchangées pour 2022 et 2023, à 4% puis 2% respectivement.

Le gouverneur a précisé que la croissance projetée cette année pour la France était supérieure à celle prévue en Allemagne, limitée à 3,7%, et en Italie (4,4%), ainsi qu'à la moyenne de la zone euro, estimée à 4,6%.

Elle serait en revanche inférieure aux 6,5% anticipés pour les Etats-Unis par la banque centrale américaine (Fed) dans ses prévisions de mars dernier.

Difficultés de recrutement

A côté [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles