La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 202,72
    -376,74 (-2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

La Banque de France abaisse ses prévisions de croissance à 2,3%

SARAH MEYSSONNIER

Le choc de la guerre en Ukraine pourrait faire grimper l'inflation à 5,6% en 2022, en France, avertit la banque centrale, qui a baissé ses prévisions de croissance.

La Banque de France a revu mardi à la baisse ses prévisions de croissance pour l'économie française en 2022 en raison de la guerre en Ukraine et des tensions sur les marchés des matières premières. "La croissance serait affectée par le niveau actuel de l'inflation qui pèse sur le pouvoir d'achat, et par la détérioration de la conjoncture économique internationale ainsi que par le contexte géopolitique très incertain qui dégrade la confiance de tous les agents économiques", estime la banque centrale française.

Dans ses projections, la Banque de France dit désormais prévoir une croissance du PIB de 2,3% cette année, contre +3,4% précédemment. L'institution bancaire table sur une croissance de 1,2% en 2023, contre +2,0% précédemment. En 2024, la croissance devrait s'établir à 1,7%, d'après ses prévisions.

Pour la Banque de France, la guerre en Ukraine devrait coûter à l'économie française l'équivalent de plus de deux points de croissance sur la période 2022-2024. Si les pays européens décidaient d'imposer un embargo sur le gaz russe, l'économie française ne connaîtrait qu'une croissance de 1,5 % cette année, suivie d'une contraction de 1,3 % en 2023. Dans un tel scénario, elle ne renouerait avec la croissance qu'à l'horizon 2024, avec un taux de 1,3 %.

L'inflation "nettement trop forte"

Dans , François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, juge toutefois que ce scénario paraît "aujourd'hui moins probable". Le directeur souligne que l'activité économique a semblé résiliente: "la consommation des ménages, tout comme l'investissement des entreprises, résistent".

Bien que la France ait un niveau d'inflation inférieur au reste de la zone euro, il estime que l'inflation en France est "nettement trop forte". "La hausse des prix ne concerne plus seulement l'énergie et s'est largement diffusée à d'autres secteurs: la politique monétaire doit alors agir", déclare François Villeroy de Galhau. La Banque de France table sur une inflation en France à 5,6% cette a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles