Publicité
Marchés français ouverture 5 h 39 min
  • Dow Jones

    40 211,72
    +210,82 (+0,53 %)
     
  • Nasdaq

    18 472,57
    +74,17 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    41 420,09
    +229,41 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0894
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 015,94
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 476,80
    +2 733,55 (+4,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 344,44
    +75,49 (+5,94 %)
     
  • S&P 500

    5 631,22
    +15,87 (+0,28 %)
     

La Banque de France évoque un PIB « en hausse » pour le 2ᵉ trimestre

La Banque de France table sur une croissance nationale de 0,6 % pour l'année 2023.  - Credit:PHILIPPE LOPEZ / AFP
La Banque de France table sur une croissance nationale de 0,6 % pour l'année 2023. - Credit:PHILIPPE LOPEZ / AFP

Bonne nouvelle. Selon la Banque de France, le produit intérieur brut (PIB) de l'Hexagone devrait être « en légère hausse » au second trimestre 2023, par rapport au premier. Dans le même temps, l'activité économique française continue de progresser, tandis que les prix amorcent un relâchement. Une première depuis la crise du Covid-19. Au premier trimestre 2023, le PIB avait augmenté de 0,2 %.

« En avril, l'activité a progressé dans les trois grands secteurs : industrie, services et bâtiment », explique Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l'international à la Banque de France, en présentant l'enquête mensuelle de conjoncture de l'institution. Elle a profité notamment d'un effet rebond dans les secteurs touchés par les grèves contre la réforme des retraites en mars, comme les transports et l'énergie. L'activité se stabiliserait ensuite en mai dans les services, tandis que l'industrie et le bâtiment se replieraient, des anticipations attribuables pour partie aux congés plus nombreux ce mois-là.

À LIRE AUSSILa croissance économique accélère dans la zone euro

PUBLICITÉ

Pour l'ensemble de l'année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6 %, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1 %) et bien moindre que celle de 2,6 % enregistrée en 2022.

« L'automne dernier, on craignait une récession à la suite de l'invasion de l'Ukraine ; c'est une bonne nouvelle de n'avoir que ce ralentissement », a déclaré mercredi le go [...] Lire la suite