Marchés français ouverture 1 h 29 min
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,15 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 821,59
    +273,59 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1784
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    26 461,43
    -860,55 (-3,15 %)
     
  • BTC-EUR

    32 596,10
    +3 278,19 (+11,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    920,11
    +126,38 (+15,92 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     

Banni des réseaux sociaux, Trump porte plainte contre Facebook, Twitter et Google

·2 min de lecture

Donald Trump a déposé des plaintes collectives contre Facebook, Twitter, Google et leurs patrons, en les accusant d'être responsables d'une "censure illégale, inconstitutionnelle".

Évincé des grands réseaux sociaux depuis l'assaut meurtrier du Capitole, l'ex-président américain Donald Trump a déposé mercredi 7 juillet des plaintes collectives contre Facebook, Twitter, Google et leurs patrons, en les accusant d'être responsables d'une "censure illégale, inconstitutionnelle". "Nous sommes engagés dans un combat que nous allons gagner", pour défendre la liberté d'expression, a promis le républicain, dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey. Mais les chances que cette plainte aboutisse sont maigres, selon des experts en droit."Les réseaux sociaux ont donné un pouvoir extraordinaire à un groupe de géants de la Big Tech qui travaillent avec les autorités, les grands médias, et une large partie d'un parti politique pour faire taire et éliminer les opinions des Américains", a accusé le 45e président des Etats-Unis, qui flirte avec nouvelle candidature en 2024.

"Censure inconstitutionnelle"

Devant un parterre d'invités, le milliardaire a expliqué avoir déposé, aux côtés d'une organisation qui promeut ses politiques défendant "l'Amérique d'abord", l'America First Policy Institute, "une action collective majeure en justice contre les géants de la tech comprenant Facebook, Google et Twitter, ainsi que leurs patrons Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey".

Ces trois patrons "mettent en oeuvre une censure illégale, inconstitutionnelle", a-t-il affirmé sous les applaudissements du public, lors d'un discours formel derrière un podium où son nom était inscrit. "Il n'y a pas de meilleure preuve que la Big Tech est hors de contrôle que le fait qu'ils aient banni le président des Etats-Unis en fonctions" de leurs plateformes. "S'ils peuvent me le faire à moi, ils peuvent le faire à n'importe qui. Et d'ailleurs c'est exactement ce qu'ils font", a-t-il affirmé en donnant la parole à des citoyens se disant aussi victimes d'interdictions.

Avec cette plainte, Donald Trump a dit espérer que le tribunal fédéral du district sud de la Floride ordonn[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles