Publicité
Marchés français ouverture 41 min
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 827,96
    +231,49 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0704
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    17 887,14
    -141,38 (-0,78 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 145,78
    -1 995,47 (-3,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 284,90
    -24,82 (-1,90 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     

Bande de Gaza : coupure "totale" d'internet et du téléphone ce mercredi

Selon les premières constatations, seuls les numéros de téléphone mobile israéliens ou égyptiens peuvent dorénavant être utilisés.

RONALDO SCHEMIDT / AFP

Nouveau blackout sur Gaza. L'opérateur palestinien de télécommunications Paltel a annoncé mercredi une coupure "totale" des lignes téléphoniques et d'internet dans l'enclave, assiégée par l'armée israélienne.

"Nous avons le regret d'annoncer aux compatriotes de notre pays bien-aimé une interruption totale des communications et des services internet à Gaza", a indiqué Paltel sur le réseau social X.

L'organisme de surveillance du réseau Netblocks a confirmé que "les mesures en direct montrent que la bande de Gaza connaît une nouvelle coupure d'internet avec un impact important sur l'opérateur Paltel". L'incident signifie "une perte totale de télécommunications pour la plupart des résidents", a-t-il ajouté.

Seconde coupure

Auparavant, un journaliste de l'AFP à Gaza avait confirmé cette coupure, précisant avoir accès à un réseau de télécommunications grâce à une carte SIM internationale.

PUBLICITÉ

"Seuls les numéros de téléphone mobile israéliens ou égyptiens peuvent être utilisés à Rafah", a constaté un autre journaliste de l'AFP dans le territoire palestinien.

Les communications avaient déjà été coupées dans la bande de Gaza vendredi alors qu'Israël menait d'intenses frappes sur le territoire palestinien, privant ses 2,4 millions d'habitants de contact. Elles ont été rétablies progressivement à partir de dimanche.

Lors de cette première coupure, le Croissant rouge palestinien avait dit avoir "perdu le contact avec son centre opérationnel et toutes (ses) équipes dans la bande de Gaza.

L'organisation des droits humains Human Rights Watch s'était elle inquiété qu'une telle coupure ne serve de "couverture à des atrocités de masse".

En Israël, d'après les autorités, plus de 1.400 personnes ont été tuées, essentiellement des civils, suite à l'attaque sanglante du Hamas le 7 octobre, selon les autorités israéliennes.

Le mouvement islamiste palestinien affirme que plus de 8.500 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées dans les bombardements israéliens contre la bande de Gaza depuis le début du conflit.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Des dizaines de morts dans le bombardement israélien d'un camp de réfugiés à Gaza