La bourse ferme dans 5 h 37 min
  • CAC 40

    5 789,97
    +86,75 (+1,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 688,28
    +51,84 (+1,43 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2050
    -0,0038 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    1 744,00
    +15,20 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    39 451,06
    +1 592,27 (+4,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,93
    +22,79 (+2,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,29
    +0,79 (+1,28 %)
     
  • DAX

    13 942,15
    +155,86 (+1,13 %)
     
  • FTSE 100

    6 588,23
    +104,80 (+1,62 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3957
    +0,0035 (+0,25 %)
     

Balance ton porc : « Sandra Muller a dénoncé ce qui relevait pour elle d’une véritable agression, une humiliation »

Amandine Seguin
·2 min de lecture

Plus de trois ans après le lancement du mouvement de libération de la parole, Sandra Muller, à l’origine du #Balancetonporc revient devant les juges pour un procès en appel pour diffamation, après une condamnation en première instance. 

En octobre 2017, dans le sillage de l’affaire Weinstein, la journaliste Sandra Muller postait un message appelant les internautes à partager une situation de harcèlement vécue au travail. « #balancetonporc !! toi aussi raconte en donnant le nom et les détails un harcèlent [sic] sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends. » Avant d’écrire dans un autre tweet : « Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit Eric Brion ex-patron de Equidia #balancetonporc ». 

C’était le lancement en France d’un mouvement de libération de la parole et de l’écoute qui se poursuit encore aujourd’hui

Contestant l’accusation de harcèlement, Eric Brion a déposé plainte en diffamation. Sandra Muller a été condamnée en première instance, en septembre 2019, à verser 15 000 euros de dommages et intérêt et 5000 euros de frais d’avocats. Une sanction jugée lourde qui avait fait réagir les militantes féministes. 

Le procès en appel se déroule ce mercredi. Elle confie à ELLE qu’elle est « sereine », qu’elle a pris de la « distance » (elle vit à New York depuis huit ans) évoquant la crise sanitaire mondiale qui permet de « relativiser ». « On verra la décision de justice, j’ai été déçue une première fois mais je reste confiante car cela ne fera pas taire les victimes. On a fait avancer la cause. » 

Son avocate Jade Dousselin a accepté de décrypter pour ELLE l’enjeu juridique autour de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi