La bourse ferme dans 14 min

Baisse du taux du livret A : entre les banques et les épargnants, Bercy a choisi (les banques)

Le taux du livret A n'a jamais été aussi bas.

Halte à la spoliation ! Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a décidé d’abaisser le taux du livret A de 0,75 % à 0,50 % à partir du 1er février. Un coup dur pour les 55 millions de détenteurs de ce livret d’épargne défiscalisé : depuis sa création en 1818, jamais le taux de rémunération nominal du livret A n’avait été aussi bas. Pire, si l’on déduit l’inflation, cela fait maintenant trois ans que le rendement du Livret A est négatif, après une période de 30 ans de rendement positif. En outre, l’inflation tendant à s’accélérer ces derniers mois, la situation ne devrait pas s’améliorer pour les petits épargnants, qui sont pour beaucoup des retraités : les plus de 65 ans détiennent 35 % des encours. Certes, on peut penser que la perte engendrée par la baisse du taux est de l’ordre du symbole : pour le détenteur d’un livret A au plafond (22.950 euros), la perte est d’un peu plus de 57 euros sur l’année, puisqu’il percevra 114,75 euros d’intérêts au lieu de 172,125 euros.

La Caisse des dépôts n’attendait que cela

Le gouvernement estime, du reste, qu’il aurait pu être plus sévère : "si nous appliquions la formule de calcul, ce taux tomberait à 0,23 %", justifie Bruno Le Maire dans le Parisien. Mais en réalité, le gouvernement croit peu au livret A. Il aimerait que les Français prennent plus de risques avec leurs placements. Ce fut tout le sens de la loi Pacte qui fait la part belle aux produits d’épargne retraite par capitalisation. D’ailleurs dans le


Lire la suite