Marchés français ouverture 8 h 53 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0441
    +0,0024 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 851,87
    -1 288,47 (-4,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    667,04
    +424,36 (+174,87 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Baisse surprise des effectifs des armées

EXCLUSIF - Les effectifs des armées, qui devaient augmenter de 300 postes en 2021, ont finalement baissé de 485 postes. L’écart, dû à un recrutement plus difficile que prévu et à la crise sanitaire, sera rattrapé cette année, assure le ministère.

Dans le contexte de la , et alors que l’Europe claironne sur tous les tons sa volonté de réarmement, le chiffre fait un peu tache. Selon un bilan confidentiel consulté par Challenges, les effectifs des armées en "équivalents temps plein" (ETP) ont baissé de 485 postes en 2021. Fâcheux: la loi de programmation militaire 2019-2025 (LPM) prévoyait une augmentation de 6.000 postes, dont 300 sur l’exercice 2021. Ce chiffre, jugé inatteignable début 2021, avait déjà été abaissé à +233 postes en mai 2021. L’objectif n’a pas non plus été tenu. La différence entre la prévision de la LPM et le chiffre final atteint donc 785 postes. Pas vraiment l’épaisseur du trait, même si le document assure que "le ministère des Armées devrait rattraper ce retard en 2022".

Comment expliquer cet écart? "La sous-réalisation du schéma d’emplois 2021 résulte pour partie de l’exigence qualitative des recrutements et de la crise sanitaire, qui a rendu moins prévisibles les départs, indique le document. Ces derniers ont augmenté en fin d’année 2021 avec la reprise économique." En clair, le ministère a eu du mal à trouver des candidats au niveau et aux compétences attendues. Sur les 300 emplois supplémentaires prévus, 104 devaient bénéficier au renseignement, 96 à la cyberdéfense, une trentaine aux unités opérationnelles, une vingtaine au soutien aux exportations, une vingtaine à la protection des sites sensibles et le solde à la transformation du ministère, à l’IA et à la digitalisation ou à l’environnement des forces armées. Le ministère a également eu du mal à anticiper les départs de militaires et de civils vers le secteur privé, qui se sont multipliés du fait de la robustesse de la reprise.

Objectifs de la LPM menacés

La situation apparaît très variable selon les armées et les grandes directions du ministère. L’armée de l’air et de l’espace et le Service de santé des armées (SSA) ont été "particulièrement impactés par les départs non anticipés", précise le rapport. Le SSA avait été extrêmement[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles