La bourse est fermée

Baisse de la construction de logements : le chemin de croix de Julien Denormandie

L’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) a beau faire diversion avec un singulière étude montrant du doigt la construction comme plus coupable que la rénovation d’abîmer la couche d’ozone, le ministre de la Ville et du Logement sera jugé sur les chiffres de production du logement. À cette aune-là, Julien Denormandie est en difficulté : la période de septembre à novembre 2019 est en retrait de 2,2% par rapport au même trimestre de 2018 pour la délivrance des permis de construire et de  3,4% pour les mises en chantier. Sur une année glissante, les autorisations de construire ont reculé de 5,1% et les constructions de 3,3%, pour atteindre 409.000 unités, en retrait de 13.700 logements par rapport à 2018. 

On est très loin des 500.000 logements qui ont longtemps constitué l’objectif national, et encore loin des 450.000 qu’Alain Dinin, premier promoteur de France, soutient plus modestement être indispensables aux besoins du pays. Comment en est-on arrivé là, alors que les transactions dans l’existant atteignent un niveau record avec 1,059 million d’opérations au cours de l’exercice, alors que les taux d’intérêt plus bas que jamais facilitent les acquisitions, et alors que le marché de l’emploi - variable essentielle, se porte mieux que jamais ? Deux raisons fondamentales.

D’abord le gouvernement a joué aux apprentis sorciers. Il s’est persuadé qu’il pouvait réduire toutes les aides sans que le marché en soit affecté, partant du principe que le budget du logement coûte trop cher. Le prêt à taux zéro, le dispositif Pinel, les aides personnelles en ont fait les frais. Encore le parlement a-t-il limité la casse, notamment en sauvant le PTZ en zone non tendue pour 2020. Comment ne pas souscrire à l’idée qu’il vaudrait mieux que le marché fonctionne sans béquille ? Mais comment ignorer que ces adjuvants ont été concédés pour corriger une fiscalité de la construction et de l’acquisition forte, des coûts de production alourdis par les normes ou encore une

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Japon : une compagnie aérienne va offrir 50.000 tickets
Carlos Ghosn confirme être au Liban : comment va réagir le Japon ?
TNT : pourquoi des Français seront privés de télévision jusqu'au 1er janvier
Auchan : un plan de départs massif bientôt présenté ?
Explosion de la rue de Trévise : la Ville de Paris mis en cause