La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 706,74
    -292,30 (-0,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,0044
    -0,0048 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 760,30
    -10,90 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    21 080,71
    -1 791,04 (-7,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    504,88
    -36,72 (-6,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,91
    -0,59 (-0,65 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 705,21
    -260,13 (-2,01 %)
     
  • S&P 500

    4 228,48
    -55,26 (-1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1823
    -0,0109 (-0,92 %)
     

La baguette à 0,29 euro de Leclerc, entre démagogie et destruction de valeur

·2 min de lecture

EDITO - Comme si les nombreuses lois et injonctions gouvernementales pour protéger les producteurs et leurs revenus, n'avaient jamais existé, le leader de la grande distribution crée le buzz avec sa baguette à 29 centimes alors même que le prix du blé culmine.

Alors qu'on l'interrogeait sur le spectre de l'inflation qui effraye les consommateurs, Michel-Edouard Leclerc a annoncé sur l'antenne de RMC, ce mardi 11 janvier qu'il allait bloquer le prix de la baguette de pain à 0,29 euro pendant quatre mois dans les magasins à son nom. Il expliquait d'ailleurs que certains de ses magasins vendent la baguette de pain même moins cher encore: 0,27 voire 0,23 euro.

On ne se refait pas! Cela fait six décennies que la famille Leclerc, Edouard d'abord et son fils Michel-Edouard ensuite, se posent comme les seuls vrais défenseurs du pouvoir d'achat des Français car ils seraient (carburant, médicaments, livres...) et feraient pression sur leurs fournisseurs, ces industriels voraces et assoiffés de profits, pour qu'ils modèrent leurs appétits.

Lire aussi

Evidemment, presque tout le monde en convient aujourd'hui, ce n'est pas si simple. Si l'on veut une alimentation de qualité, et non pas remplacés par des robots, la recherche de prix toujours plus bas n'est pas une voie pertinente. Et à chaque fois que les pouvoirs publics se sont efforcés de protéger les revenus des agriculteurs et de rééquilibrer plus justement les marges des commerçants et des industriels, ce même Michel-Edouard Leclerc a toujours trainé les pieds quand il n'était pas carrément absent.

Rappelons dans quel contexte, l'ancien élève du petit séminaire de Viry-Châtillon nous promet aujourd'hui le pain à prix cassés. Leclerc, comme les autres enseignes de la grande distribution, est en ce moment en train de négocier avec ses fournisseurs, de la politique tarifaire de l'année. Ces "négos commerciales annuelles" vont durer encore tout le mois de janvier. Comme tous les ans, tous les moyens sont bons en cette période de grand marchandage pour faire pression sur les fournisseurs, y compris une once de démagogie à destination des consommateurs. Mais c'est bien pour gagner quelques centimes de plus qu'on joue le bras de fer.

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles