Marchés français ouverture 2 h 19 min
  • Dow Jones

    34 196,82
    +322,58 (+0,95 %)
     
  • Nasdaq

    14 369,71
    +97,98 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 099,34
    +224,11 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,1942
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 210,31
    +327,85 (+1,14 %)
     
  • BTC-EUR

    29 076,26
    +1 615,55 (+5,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    835,35
    +48,73 (+6,20 %)
     
  • S&P 500

    4 266,49
    +24,65 (+0,58 %)
     

Baccalauréat: l'inégalité hors sujet du grand oral

·2 min de lecture

EDITO - Pourquoi le « grand oral » du baccalauréat inquiète? Parce que c'est une épreuve inédite ? Soit. Mais surtout parce que l'oral, plus encore que l'écrit, porte la marque d'un héritage familial, donc aussi social et culturel.

Pourquoi le « grand oral » du baccalauréat inquiète? Parce que c'est une épreuve inédite ? Soit. Mais surtout parce que l'oral, plus encore que l'écrit, porte la marque d'un héritage familial, donc aussi social et culturel. On apprend à écrire à l'école. A parler, dans sa famille. Si bien qu'on peut craindre que les performances oratoires des élèves doivent davantage à leur milieu d'origine qu'à leur travail ou à leur intelligence. C'est surtout vrai quand les candidats traitent d'un sujet tiré au hasard, sans véritable programme, comme c'était traditionnellement le cas à Sciences-Po. Ça l'est moins lorsque chaque candidat est interrogé à partir d'un mémoire qu'il présente (comme c'est désormais le cas rue Saint-Guillaume) ou sur l'une des questions qu'il a préparées en classe (comme ce sera le cas du grand oral du bac). La virtuosité rhétorique, dans le premier cas, l'emporte presque inévitablement sur les compétences, la forme sur le fond, l'aisance sur le savoir. Et c'est ce que les dispositions actuelles tendent à éviter ou à limiter.

Il s'agit d'évaluer les capacités et le travail des candidats, en maximisant ce qu'ils ont appris durant leurs études, et en minorant (ou, en tout cas, en valorisant le moins possible) ce qu'ils doivent à leur milieu d'origine.

Pourquoi ce type d'épreuve ? Parce qu'on se sert plus souvent, dans la vie professionnelle, de l'oral que de l'écrit (même si mails et textos ont parfois redonné à ce dernier une importance qu'il était en train de perdre).

Réduire les différences

Savoir parler en public, de façon claire et argumentée, cela fait bien partie des compétences qu'on peut légitimement attendre d'un lycéen en fin d'études et qui seront de plus en plus nécessaires dans des métiers de plus en plus nombreux.

Au reste l'écrit porte lui aussi la marque d'un passé familial au moins autant que scolaire. C'est qu'il dépend de la lecture, qui est loin d'être également répandue dans tous les milieux.

La différence entre l'oral et l'écrit, de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles