Publicité
Marchés français ouverture 7 h 6 min
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0741
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 203,51
    -1 338,37 (-2,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 419,67
    +6,71 (+0,47 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     

Babylon (Canal+) : 3 bonnes raisons de voir le film avec Brad Pitt et Margot Robbie

© 2022 Paramount Pictures. All Rights Reserved.

Un hommage aux pionniers du 7e art

Le réalisateur de La La Land fait revivre les débuts de « l’usine à rêves », à travers quatre personnages. La star du cinéma muet Jack Conrad (Brad Pitt), inspiré de John Gilbert, partenaire de Greta Garbo, qui rata son passage au parlant. Nellie LaRoy (Margot Robbie) évoque à la fois Clara Bow, qui choqua l’Amérique en parlant de sa sexualité, et Jean Harlow, qui frottait ses tétons avec des glaçons pour les rendre visibles sous sa robe ! Manny Torres (Diego Calva) rappelle le réalisateur mexicain René Cardona, tandis que le jazzman Sidney Palmer (Jovan Adepo) est un mélange de Louis Armstrong et de Duke Ellington.

À lire également

La La Land (W9) : Damien Chazelle : "Emma Stone et Ryan Gosling me rappellent les grandes légendes d’Hollywood"

PUBLICITÉ

Vingt minutes éblouissantes

Le film s’ouvre sur une bacchanale dantesque dans le château d’un producteur, avec alcool, cocaïne, starlettes et jazz trépidant, qui restitue la frénésie et le vent de liberté qui soufflait sur Hollywood. Elle a été tournée en long plan-séquence : « Ne pas passer par des plans de coupe permet d’immerger le spectateur dans ce délire », explique le réalisateur. Il l’a tourné avec une caméra guidée par des câbles, volant au-dessus des deux cents figurants, acrobates, danseuses à moitié nues et… un vrai éléphant.

À lire également

The Eddy (Netflix) : les premières images de la série musicale avec Tahar Rahim et Leïla Bekhti (VIDEO)

La fin d’une époque libertine

Les outrances que décrit Babylon ont conduit à la création, en 1930, du code de censure Hays. Dès lors, la nudité était interdite, les couples mariés devaient dormir dans des lits jumeaux… Les studios contrôlaient la vie privée des stars et obtenaient le silence sur leurs frasques en livrant aux tabloïds des secrets sur des acteurs de second plan.

Babylon, mardi 5 septembre à 21h10 sur Canal+<...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi