La bourse ferme dans 6 h 53 min
  • CAC 40

    6 246,11
    +11,97 (+0,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 004,31
    +10,88 (+0,27 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1983
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 766,90
    +0,10 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    51 383,05
    -1 538,90 (-2,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 370,91
    -10,04 (-0,73 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,44
    -0,02 (-0,03 %)
     
  • DAX

    15 350,34
    +95,01 (+0,62 %)
     
  • FTSE 100

    7 009,04
    +25,54 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3747
    -0,0037 (-0,27 %)
     

Bénin: l'entourage de l'opposante Reckya Madougou dénonce «un procès politique»

·1 min de lecture

Au Bénin, Reckya Madougou, candidate recalée des Démocrates, a été placée en détention provisoire vendredi 5 mars dans la soirée par la Cour de répression économique et des infractions et du terrorisme (Criet). La cour l’a inculpée pour « financement du terrorisme ». Elle est accusée d’avoir financé des opérations de sabotage du processus électoral en cours. Ses avocats déclarent ne pas être étonnés. « C’est un montage grossier », dénonce l’opposition.

Avec notre correspondant à Cotonou, Jean-Luc Aplogan

Dès que la Chambre des libertés a ordonné son placement en détention provisoire, Reckya Madougou a été embarquée direction la maison d’arrêt de Missérété, à la périphérie de Porto Novo. Ses avocats étaient encore à ses côtés. Elle a été inculpée pour « financement du terrorisme », deux jours après son arrestation par la police républicaine.

L’officier de la gendarmerie qui l’aurait dénoncée et celui à qui elle aurait remis l’argent destiné à organiser les troubles et le chaos sont tous les deux poursuivis pour association de malfaiteurs et actes de terrorisme. « Ce n’est pas une surprise », ironise Me Renaud Agbodjo, qui représente Reckya Madougou. « Les débats étaient politiques, pour une cause politique. C’est un procès politique », résume un autre conseil de l’opposante, Me Victorien Fade.

Pour son confrère Me Kato ATita, la cause était perdue d’avance. « Le miracle n’est jamais possible à la Criet », dit –il. Le ministre porte-parole du gouvernement dément tout acharnement politique contre la candidate des Démocrates, recalée pour la présidentielle béninoise du 11 avril. Dans une déclaration, la plateforme de l’opposition Front pour la restauration de la démocratie exige sa libération immédiate et sans conditions.