La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    30 476,27
    +378,49 (+1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Aziz Kountché ambitionne d’ouvrir une « Drone Academy » au Niger en 2021

Marie-France Réveillard
·1 min de lecture

La Tribune Afrique - De quelle manière votre parcours vous a-t-il conduit vers la conception de drones ?

Aziz Kountché -  Tout jeune, j'étais passionné par l'aéronautique. Je me suis inscrit dans un aéroclub que je finançais en donnant des cours à domicile. Avec l'argent économisé, j'ai réussi à financer mes heures de vol pour obtenir ma licence de pilote. J'ai réalisé tout mon cursus scolaire au Niger et comme les options en aéronautique étaient rares, je me suis orienté vers une licence en gestion commerciale après mon baccalauréat. Je pensais pouvoir intégrer une compagnie aérienne dans les fonctions supports, à défaut de devenir pilote. Le déclic est arrivé autour de 2010 lorsque j'ai décidé de me concentrer sur ma passion. J'ai créé le 1er drone nigérien à cette époque et cela a suscité un certain engouement dans le pays. J'ai vite compris son utilité dans les zones reculées du Niger en proie au terrorisme où les organisations internationales ne pouvaient plus se rendre car le drone permettait de réaliser du monitoring à distance. Je me suis donc improvisé consultant indépendant.

Quelle a été la première mission qui vous a été confiée ?

Ma première mission reposait sur la cartographie de plusieurs villages sensibles aux inondations dans la ville de Gaya. Mon premier client avait besoin de ces informations pour valoriser les digues de rétention d'eau et réaliser son rapport. A l'origine en 2010-2011, je devais cartographier 2 ou 3 villages. Finalement, j'en ai cartographié une dizaine. Avec mes premiers revenus, j'ai investi (...) Lire la suite sur La Tribune.fr