La bourse est fermée

Avocate, anesthésiste, employé chez Disney... ils travaillent en uniforme et témoignent

"Ça n’a l’air de rien, ça ressemble à un bout de tissu, mais il y a un monde dans ce tissu", affirme Nicole d’Almeida, professeure au Celsa (université Paris IV-Sorbonne) et coauteure d’une enquête sur l’uniforme professionnel ("Le corps glorieux des institutions : analyse de l'esthétique mobile de l'uniforme professionnel", avec Sylvie Merran). Elle y décrit la tenue de travail comme "un concentré de relations à lui seul". Relation aux autres déjà. Imaginez un gardien de la paix régulant la circulation en costume-cravate ou un militaire patrouillant dans nos aéroports en jogging et baskets… Impensable ! L’uniforme, surtout lié à des métiers d’Etat ou de vocation publique, n’est pas un exercice d’improvisation stylistique, mais un "vêtement- signalisation". Certains marqueurs identitaires doivent être reconnaissables par tous : le vert du treillis du militaire de l’armée de terre, le bleu du képi de gendarme, le bleu marine et rouge du pompier, le gilet du postier, la robe noire de l’avocat… Autant de signaux clairs et immuables, qui nous renseignent sur la fonction, le statut et le pouvoir des hommes et des femmes qui les endossent, explique Ginette Francequin dans Le Vêtement de travail, une deuxième peau (Erès, 2008).

Relations au collectif, ensuite : enfiler un uniforme, c’est consentir à faire corps avec une fonction, des collègues, une entreprise. "Ce n’est pas un simple ornement, souligne Nicole d’Almeida, c’est un dispositif de transfiguration où s’opère le passage de l’individuel au collectif." Revêtir une veste blanche de commis de cuisine signifie l’appartenance à une brigade, l’acceptation de son rôle dans l’organisation, par rapport à sa hiérarchie… Cela revient à dire sans le dire que l’on adopte les règles et les valeurs de l’entreprise que l’on intègre. On s’engage, mais… on se désengage aussi, comme le souligne Nicole d’Almeida : "Si la personne est bien dans son rôle ou dans son entreprise, cela se voit tout de suite dans sa manière de porter l’uniforme."

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Asphalte imagine le dressing parfait pour homme
Pourquoi Castorama n'attire plus les bricoleurs
Etats-Unis : un immense manoir proposé à un prix cassé, à une seule condition
Retraite : quels changements en 2020 ?
La compagnie ferroviaire belge sauve le Noël d'un passager tête en l'air