La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 050,35
    -223,52 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    11 099,33
    -49,31 (-0,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9805
    -0,0079 (-0,80 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 484,46
    -45,14 (-0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    457,37
    -5,76 (-1,24 %)
     
  • S&P 500

    3 757,09
    -26,19 (-0,69 %)
     

Les avions décollent sans mal, alors pourquoi les fusées sont si sensibles à la météo ?

Les fusées sont puissantes et imposantes, mais aussi sensibles. Lorsqu’un lanceur comme celui de la mission Artémis I doit décoller, aucun critère n’est laissé au hasard. En particulier, celui de la météo.

Mise à jour du 3 septembre 2022 à 17h30 : La mission Artémis I ne part pas vers la Lune ce samedi 3 septembre. À cause d’un souci technique (une fuite d’hydrogène), la Nasa préfère repousser encore le décollage de la fusée.

Article original : La deuxième tentative de la Nasa pour lancer Artémis I vers la Lune approche. À cause d’un souci technique, l’agence spatiale a été contrainte d’annuler le lancement de sa fusée Space Launch System (SLS), initialement prévu le lundi 29 août 2022. Le décollage d’Artémis I est repoussé au samedi 3 septembre. Peu après l’annonce du report du décollage, la date du vendredi 2 septembre avait d’abord été envisagée comme une « option possible ». Cependant, le risque d’une météo orageuse a visiblement décidé la Nasa à opter pour le 3 septembre, afin de lancer la première mission de son programme Artémis.

Il peut paraître étonnant que le lancement d’un engin aussi imposant qu’une fusée soit si sensible au critère de la météo, alors que les avions peuvent parfois voler dans de mauvaises conditions. « Un avion est lourd, une fusée est bien plus sensible,

[Lire la suite]