Marchés français ouverture 7 h 59 min
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1291
    -0,0027 (-0,24 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    44 826,88
    +721,25 (+1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 286,62
    +26,46 (+2,10 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     

Cet avion à décollage vertical peut voler 1.000 km !

·1 min de lecture

La concurrence fait rage chez les constructeurs de VTOL — ou aéronefs à décollage et atterrissage verticaux — alors même qu’ils n'en sont encore qu'au stade de prototype. La société australienne AMSL Aero vient de franchir une nouvelle étape en présentant une version améliorée de son prototype baptisé Vertiia.

Alors qu'il est déjà l’un des appareils les plus efficaces, ses performances ont été revues à la hausse. Le VTOL est toujours capable de voler 250 kilomètres avec des batteries, mais l’entreprise se concentre sur un fonctionnement avec des piles à combustible à l’hydrogène. Le Vertiia a été conçu pour l’Australie, où il devra parcourir de longues distances. Pour la même masse que les batteries, l’appareil peut désormais atteindre une autonomie de 1.000 kilomètres et transporter un pilote et quatre passagers avec une charge totale de 500 kilogrammes.

Une certification pour 2024 ?

L’appareil est doté de huit rotors, en deux rangées de quatre, capables de pivoter pour une poussée verticale pour le décollage, ou horizontale pour le vol. Il peut atteindre une vitesse de croisière de 300 km/h et pourrait potentiellement aller beaucoup plus vite. Les pales des rotors ont été spécialement conçues pour réduire le flutter (ou couplage aéroélastique) inhérent à cette configuration. Combiné à une distribution de la masse, le constructeur indique que l’appareil pourrait potentiellement atteindre 500 km/h sans « flutter ».

Le développement du Vertiia a toutefois subi quelques retards dus à la pandémie, ce qui a décalé les prévisions. L’appareil sera bientôt prêt pour commencer les vols d’essai, prévus en début d’année prochaine. Désormais, la firme espère obtenir la certification et commencer la production de l’appareil en 2024.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles