La bourse ferme dans 1 h 54 min
  • CAC 40

    6 733,80
    -20,17 (-0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 969,06
    -15,44 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    34 161,09
    -233,92 (-0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0488
    -0,0041 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 800,50
    -14,70 (-0,81 %)
     
  • BTC-EUR

    16 147,82
    -251,97 (-1,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,27
    -0,16 (-0,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,42
    +0,20 (+0,25 %)
     
  • DAX

    14 557,45
    +67,15 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 539,33
    -19,16 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 037,49
    -39,08 (-0,96 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2216
    -0,0040 (-0,33 %)
     

Aviation : plus d'un tiers des Français ont subi retards et annulations cet été

Pixabay

C'est un chiffre impressionnant que dévoile Le Monde en se basant sur les données de l'entreprise spécialisée dans la récupération d'indemnités de dédommagement aériennes AirHelp. Cet été, 38% des voyageurs français ont subi des retards ou des annulations de vols. C'est plus que la moyenne européenne (35%), mais surtout bien plus en comparaison des chiffres de la dernière année avant le Covid, en 2019. Ainsi, alors que 28 millions de personnes avaient voyagé il y a trois ans, 28% avaient connu les mêmes mésaventures. Cette année, avec 8 millions de passagers en moins, c'est 10% de plus.

Des retards et des annulations qui s'expliquent en grande partie par une pénurie de personnel, que ce soit au sein des compagnies ou dans les aéroports. Au début de la pandémie, et alors que le trafic aérien était au point mort, de nombreuses compagnies ont taillé dans leurs effectifs, rappellent nos confrères, que ce soit EasyJet (4.500 postes) ou encore Ryanair (15% des effectifs en moins) et Wizz Air (-20%). Capital l'évoquait même en juillet 2020 : la compagnie Icelandair avait mis un terme aux contrats de toutes ses hôtesses de l'air et les avait remplacées par les pilotes.

Si pour des compagnies low cost comme Ryanair ou Wizz Air la relance a été moins dure que pour EasyJet, le trafic aérien n'a pas pour autant repris son rythme normal, en moyenne 4.000 vols de moins cette année qu'en 2019. Certaines grandes compagnies comme Emirates se vantent auprès du Monde de n'avoir procédé à "aucune (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Superprofits : une mission parlementaire débouche sur des propositions divergentes
La France exporte de plus en plus sa viande bas de gamme à l'étranger, selon trois ONG
Voici d'où pourraient s'envoler les taxis volants parisiens des JO 2024
La piscine n'est plus chauffée, les usagers obligés de porter une combinaison pour se baigner
Santé : l’ordonnance de la Cour des comptes pour améliorer l’accès aux soins