AVENIR TELECOM : en perte au premier semestre qui devrait être un point bas

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
KPN.AS2,500,00
TEF.MC12,000,03


(AOF) - Avenir Telecom (Euronext: AVT.NX - actualité) , le spécialiste de la distribution de produits et services de télécommunication, a vu son résultat net basculer dans le rouge au premier semestre 2012-13. Il est en perte de 500.000 euros contre 4,3 millions de bénéfices l'an dernier. Le résultat opération a fondu également passant de 7,3 à 1,8 millions. La marge brute a baissé de 16,6% à 53,7 millions, soit 25,4% du chiffre d'affaires. Le groupe explique ces mauvais résultats par l'impact négatif des coûts lié à la rationalisation du réseau de magasins Internity couplé au repli des ventes d'abonnements.

Le chiffre d'affaires a diminué de 5,3% à 211,2 millions. La baisse de la distribution directe de 21,2% a été en partie atténuée par la hausse de 13,7% de la distribution indirecte.

Concernant la distribution directe, la situation économique en Espagne a lourdement impacté les ventes et plus généralement la diminution du parc de magasins Internity.

Le groupe est parvenu à refinancer sa dette de 40 millions d'euros en juin à des conditions de marché.

Au vu de ces résultats Avenir Telecom qualifie le premier semestre de "point bas" et anticipe une amélioration de la marge brute au second semestre sous l'effet des volumes d'abonnements à l'occasion des offres de No?l proposées par les opérateurs télécoms partenaires du groupe, la poursuite des ventes de smartphones et la montée en puissance des ventes d'accessoires mobile.

Le résultat opérationnel devrait quant à lui profiter de la poursuite de la rationalisation dans la distribution directe et de l'optimisation de l'organisation du groupe.



AOF - EN SAVOIR PLUS


LE SECTEUR DE LA VALEUR

Opérateurs télécoms
La mutualisation des réseaux s'étend en Europe (Chicago Options: ^REURUSD - actualité) . En Grande-Bretagne, deux des plus grands opérateurs mobiles, Vodafone (London: VOD.L - actualité) et O2 (filiale de Telefonica (Madrid: TEF.MC - actualité) ) vont créer une coentreprise afin de mettre en commun leurs réseaux. Les deux opérateurs continueront à être en concurrence dans les services, les forfaits et l'Internet mobile. Outre-Manche, depuis déjà deux ans, T-Mobile et Orange ont adopté cette approche et ont même fusionné. En Espagne, en Suède et en Autriche, des accords similaires existent également. En France, Orange, SFR et Bouygues Telecom mutualisent certains équipements dans des zones non couvertes par un réseau de téléphonie mobile. Cette mutualisation peut être une solution au dynamisme des opérateurs des pays émergents, de plus en plus riches. Le mexicain America Movil a lancé une offre hostile sur KPN (Amsterdam: KPN.AS - actualité) , l'opérateur historique néerlandais, également présent en Allemagne (E-Plus) et en Belgique (Base). Il a également pris 4% du capital de l'opérateur historique Telekom Austria (EUREX: A0E4W4.EX - actualité) .