La bourse ferme dans 1 h 9 min
  • CAC 40

    6 720,15
    +51,18 (+0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 959,82
    +25,38 (+0,65 %)
     
  • Dow Jones

    33 637,25
    -215,28 (-0,64 %)
     
  • EUR/USD

    1,0346
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 766,10
    +2,40 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    16 275,71
    +316,75 (+1,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,64
    -1,05 (-0,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,56
    +2,36 (+3,02 %)
     
  • DAX

    14 389,49
    +34,04 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    7 584,55
    +72,55 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    11 009,13
    +25,35 (+0,23 %)
     
  • S&P 500

    3 945,56
    -12,07 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,1948
    -0,0002 (-0,02 %)
     

AVC : chaque minute compte pour sauver une vie

« J'ai eu beaucoup de chance ». Victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) il y a quatre ans, Christine Volck n'a pas gardé de séquelles. Si les traitements se sont nettement améliorés, des progrès restent à faire, y compris dans la prise en charge. Parfois nommé « attaque cérébrale », l’AVC correspond soit à l’obstruction, soit à la rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. Première cause de handicap acquis chez l'adulte, c'est aussi l'une des principales causes de mortalité dans le monde.

AVC : accident vasculaire cérébral

En France, il s'en produit un toutes les quatre minutes : près de 140 000 personnes en sont victimes chaque année et environ 30 000 en décèdent. « Je ne me suis pas rendu compte de grand-chose quand c'est arrivé, se remémore Christine Volck, 70 ans. Mon mari a vu que j'avais le côté gauche du visage déformé : il a tout de suite appelé le Samu ».

Transportée en hélicoptère depuis l'Ile d'Oléron, où elle réside, à La Rochelle, elle a été dirigée vers Poitiers dans une unité neuro-vasculaire, spécialisée dans la prise en charge des AVC. Là, elle a subi un traitement consistant à retirer le caillot de sang qui bouchait son artère. « J'ai mis du temps à m'en remettre, pendant des mois il m'était pénible d'éplucher un légume ou même me coiffer. Au fil des mois, ça s'est amélioré », raconte-t-elle.

 Dès les premiers symptômes d'un accident vasculaire cérébral, il faut réagir vite : « Chaque minute gagnée, c’est deux millions de neurones sauvés et des semaines en moins de rééducation pour le patient », rappelle la Société française neuro-vasculaire (SFNV) à l'occasion de la Journée mondiale de l'AVC samedi 29 octobre. © highwaystarz, Adobe Stock
Dès les premiers symptômes d'un accident vasculaire cérébral, il faut réagir vite : « Chaque minute gagnée, c’est deux millions de neurones sauvés et des semaines en moins de rééducation pour le patient », rappelle la Société française neuro-vasculaire (SFNV) à l'occasion de la Journée mondiale de l'AVC samedi 29 octobre. © highwaystarz, Adobe Stock

Chaque minute de perdue équivaut à la perte de deux millions de neurones

À l'occasion de la Journée mondiale de l'AVC samedi 29 octobre, la Société française neuro-vasculaire (SFNV) souhaite « rappeler la nécessité d'agir vite dès les premiers signes de la maladie en appelant le 15 sans délai »...

> Lire la suite sur Futura