Marchés français ouverture 3 h 20 min
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 272,10
    +303,11 (+1,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0443
    +0,0035 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    18 895,51
    +298,28 (+1,60 %)
     
  • BTC-EUR

    16 431,12
    +147,79 (+0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,69
    +6,00 (+1,50 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     

Avant son nouveau plan stratégique, quel bilan pour Alexandre Bompard chez Carrefour ?

Quel bilan pour le premier quinquennat d'Alexandre Bompard chez Carrefour? Côté pile, une activité économique qui se rétablit, une dynamique au Brésil, une certaine popularité; côté face, un cours de Bourse toujours déprimé, des opérations qui ne se sont pas faites et des syndicats remontés.

Mardi à Massy (Essonne), au siège du distributeur, Alexandre Bompard doit présenter son plan de vol pour Carrefour et ses 320.000 salariés dans le monde, pour les cinq prochaines années. Ce, dans un contexte rendu particulièrement volatil par la forte inflation.

Arrivé à la tête de Carrefour mi-2017, l'ancien président d'Europe 1 (2008-2010) et patron de la Fnac (2011-2017) avait alors trouvé un défi de taille: remettre sur pied un géant au modèle économique bousculé, très présent sur le format hypermarché alors que les consommateurs s'en détournent de plus en plus.

Il avait fixé pour objectif de faire de Carrefour "le leader mondial de la transition alimentaire pour tous", en "refondant" son modèle "au service du mieux-manger, du goût et d'une alimentation de qualité à prix raisonnable pour tous".

"La taille du groupe est plus modeste" qu'à son arrivée: 81 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, "soit environ 10% de moins. Mais les profits plus élevés, environ 10% de plus", a commenté vendredi sur son blog le spécialiste de la consommation Olivier Dauvers, estimant que le bilan commercial est aussi positif, avec "l'érosion de la part de marché" en France "enfin stoppée".

En revanche, l'inspecteur des Finances (promotion Cyrano-de-Bergerac de l'Ena), arrivé à la tête du groupe avec une solide réputation en matière de rapprochements stratégiques après avoir réussi l'union de Fnac et de Darty, a essuyé deux grosses déconvenues en la matière.

En 2021, il y a d'abord eu le groupe canadien Couche-Tard, victime d'un veto du gouvernement français, puis des discussions avortées avec Auchan, l'enseigne alimentaire de la galaxie Mulliez. En 2018, c'était avec Casino que l'hypothèse d'un rapprochement avait fait pschitt.

Pas de problème, martèle-t-il en expliquant que Carrefour peut continuer à marcher seul, dans un secteur où tous pronostiquent une consolidation.

- Vers l'Amérique du sud -

Sur le front social, la documentation financière du groupe dessine un double mouvement: les effectifs diminuent en Europe, mais s'étoffent en Amérique du Sud.

Fin 2016, Carrefour indiquait ainsi compter 218.639 salariés en Europe, 98.370 en Amérique et 67.142 en Asie. Cinq ans plus tard, les salariés européens sont passés à 191.707, soit -12,3%.

En Asie, la cession de ses activités en Chine en 2019 et à Taïwan - annonce de mi-2022 - fera bientôt tomber le chiffre à zéro.

En Amérique en revanche, Carrefour a accru ses effectifs de plus de 17% en cinq ans (115.310 salariés à fin 2021) et l'activité sur le continent a encore progressé avec l'acquisition finalisée mi-2022 de Grupo Big, numéro 3 au Brésil où Carrefour était déjà leader. L'opération permet au groupe de détenir "plus du quart du marché" local. Il nourrit d'importantes ambitions en Amérique latine.

En France, les perspectives semblent moins alléchantes. Les syndicats y accusent Alexandre Bompard d'être l'artisan, avec le passage de nombreux commerces en location-gérance, d'un grand plan d'"externalisation des magasins" aux lourdes conséquences sociales.

Carrefour revendique être "souvent l'un des premiers employeurs privés des pays" où il est implanté, citant la France, le Brésil, l'Argentine ou l'Italie.

Ce poids social donne au groupe et à son patron un statut influent dans l'Hexagone, tout comme sa place au CAC 40, même si le cours de Bourse reste plutôt bas, autour des 16 euros. "Là, la magie Bompard n'a pas opéré", note Olivier Dauvers.

Cela ne fait pas les affaires des actionnaires du groupe, notamment du premier d'entre eux, la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette.

Le patron du géant du luxe LVMH Bernard Arnault, arrivé au capital du distributeur à la surprise générale en mars 2007, en est sorti en août 2021.

cda/ak/cco