La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 582,29
    -328,08 (-1,10 %)
     
  • Nasdaq

    12 191,72
    -14,12 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    26 433,62
    -211,09 (-0,79 %)
     
  • EUR/USD

    1,1937
    -0,0033 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    26 341,49
    -553,19 (-2,06 %)
     
  • BTC-EUR

    16 262,27
    +48,91 (+0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    381,22
    +16,62 (+4,56 %)
     
  • S&P 500

    3 617,44
    -20,91 (-0,57 %)
     

Avant les élections américaines, Borat revient sur les écrans et se paye les partisans de Trump

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Borat, le journaliste kazakh fictif campé par l'humoriste britannique Sacha Baron Cohen, est de retour sur les écrans vendredi 23 octobre (sur Amazon Prime) avec Borat 2. A quelques jours du scrutin présidentiel américain du 3 novembre, il s'agit d'une comédie satirique qui raille férocement les négationnistes, les complotistes, les partisans de Donald Trump et même l'avocat de ce dernier, Rudy Giuliani.

Devenu culte, le premier épisode de ses péripéties loufoques à travers les États-Unis, en 2006, avait récolté 260 millions de dollars, une sélection aux Oscars et laissé des scènes cultes, comme celle du "mankini", surprenant string à bretelles affectionné par Borat.

Borat fait rire mais ne rigole plus

Comme le premier film, Borat 2, dont Sacha Baron Cohen est à la fois le producteur, le scénariste et le personnage principal, a été tourné comme un faux documentaire cet été - alors que les mesures de confinement s'assouplissaient aux États-Unis - pour mieux piéger personnalités politiques et anonymes avec son personnage de reporter arriéré et indélicat.

Son but cette fois est "de faire rire tout en révélant les dangers de l'autoritarisme", explique-t-il dans Le New York Times. Car il se demande si un second mandat de Trump reviendrait à "une démocratie qui n'en aurait que le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi