La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 191,23
    -136,56 (-0,40 %)
     
  • Nasdaq

    13 365,17
    -13,88 (-0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2232
    +0,0076 (+0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    34 859,98
    -775,56 (-2,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 198,54
    -54,60 (-4,36 %)
     
  • S&P 500

    4 144,80
    -18,49 (-0,44 %)
     

En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez cultive sa rigueur

·2 min de lecture

SÉRIE LA FRONDE DES TERRITOIRES [6/9] - L'élu LR vante sa gestion budgétaire sérieuse, taillant dans la formation ou le personnel, tout en investissant. Avec beaucoup de com'.

C'est « la région la mieux gérée de France ». Principal argument de campagne de Laurent Wauquiez, ce slogan est martelé depuis quatre ans, en interview, sur des affiches, des pages de pub. Une rigueur budgétaire qu'il oppose à l'incurie supposée de l'exécutif. « Si l'Etat gérait comme nous, il n'y aurait plus de déficit en trois ans », fanfaronne-t-il. Sur les grandes masses budgétaires, difficile de lui donner tort, comme l'a noté la Chambre régionale des comptes (CRC). Les dépenses de fonctionnement ont baissé de 14 %, permettant de doper l'autofinancement. Il ne faut plus que trois ans et demi pour payer la dette, alors que ce ratio s'était dégradé à 6,6 ans sous son prédécesseur socialiste Jean-Jack Queyranne. Quel est donc le secret de la méthode Wauquiez ?

« On a traqué les complexités et lourdeurs administratives, les dépenses improductives », assure le président, qui a lancé un grand plan de lutte contre le gaspillage. Des décisions symboliques ont été prises, comme la baisse de 10 % des indemnités des élus ou la résiliation du bail du pavillon à Shanghai. Wauquiez a aussi ramené de 29 à 25 par an les jours de congés et remonté le temps de travail - au siège régional de Clermont-Ferrand, il était inférieur de 150 heures à la durée légale. Ceci a contribué à la diminution de 5 % des effectifs en deux ans. Mais il a surtout taillé dans les politiques dites d'intervention. La moitié des économies s'est faite au détriment de la formation professionnelle, dont les crédits sont passés de 272 à 120 millions d'euros. Soit 2 à 2,5 fois moins que les Hauts-de-France ou la Nouvelle-Aquitaine.

Audit sur l'emploi

« Il fait des économies sur le dos des chômeurs, privés de milliers d'heures de formation », tacle le socialiste Jean-François Debat. La région finance moins de 15 000 stages par an, contre 40 000 sous Queyranne. Wauquiez rétorque que le système était inefficace. « On finançait des stages parking qui ne menaient à rien, on a préféré partir des besoins des entrep[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi