Publicité
Marchés français ouverture 2 h 23 min
  • Dow Jones

    38 778,10
    +188,94 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    17 857,02
    +168,14 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    38 445,32
    +342,88 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,0728
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    17 903,06
    -33,06 (-0,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 162,08
    -698,01 (-1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 366,24
    -21,92 (-1,58 %)
     
  • S&P 500

    5 473,23
    +41,63 (+0,77 %)
     

Autonomie de la Corse : Gérald Darmanin attendu les 13 et 14 septembre sur l’île de Beauté

Le gouvernement s'est dit prêt à aller jusqu'à « l'autonomie » de la Corse, à plusieurs conditions.  - Credit:PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Le gouvernement s'est dit prêt à aller jusqu'à « l'autonomie » de la Corse, à plusieurs conditions. - Credit:PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Une nouvelle visite sur l'île de Beauté. Selon l'entourage de Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur se rendra en Corse les 13 et 14 septembre prochains. Il participera à l'Assemblée générale des maires de l'île, ont précisé des proches du ministre à l'Agence France-Presse, confirmant ainsi une information du quotidien régional Corse-Matin. Le but de cette visite est « d'échanger avec le président de l'exécutif Gilles Simeoni et de rencontrer les maires de l'île », ajoute l'entourage du locataire de Beauvau.

Ce déplacement doit aussi permettre de rapprocher les positions des élus insulaires, entre les tenants de l'autonomie et ceux qui plaident pour une adaptation des lois aux spécificités corses. Il intervient alors que l'Assemblée de Corse n'a pas réussi, début juillet, à s'accorder sur un projet d'autonomie. À l'issue de deux jours de session extraordinaire, les élus insulaires avaient transmis au gouvernement et au président Emmanuel Macron deux projets, l'un des nationalistes quasi unis et l'autre de l'opposition de droite.

À LIRE AUSSIAutonomie en Corse : les nationalistes à la conquête des sceptiques

Fin février, lors de la reprise des discussions sur l'avenir institutionnel de l'île, à l'arrêt depuis six mois, Emmanuel Macron avait répété être prêt à inscrire d'éventuelles évolutions dans son projet de réforme constitutionnelle, à charge pour les élus corses et le ministère de l'Intérieur de lui présenter « une proposition […] avant le 14 juillet [...] Lire la suite