La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 955,77
    -282,02 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Automobile: transformer des vieux modèles thermiques en électriques, une gageure aléatoire

Image © Phoenix Mobility

La jeune entreprise grenobloise Phoenix Mobility annonce un partenariat pour transformer à Flins des utilitaires Renault Master âgés de plus de cinq ans en modèles dits zéro émission. Mais le "retrofit" est une rude gageure. Quelques dizaines de véhicules seulement sont aujourd'hui transformés en France chaque année. Pour un résultat aléatoire. Le site Renault de Flins reconditionne aussi des vieux robots.

Le "retrofit" ? La transformation de vieilles voitures thermiques en électriques est largement vantée par les politiques, les médias et tous ceux qui veulent se donner un vernis écologiste sans forcément s’y connaître en technique ! Les préparateurs censés faire cette conversion se multiplient. Dernière annonce en date : la jeune entreprise grenobloise Phoenix Mobility a annoncé en début de semaine un partenariat pour transformer des utilitaires âgés de plus de cinq ans en modèles dits zéro émission. Phoenix Mobility et le constructeur tricolore codévelopperont des kits, disponibles dès 2023. Ceux-ci seront installés sur les véhicules dans l’usine du constructeur au losange à Flins (Yvelines). "Ce projet s’inscrit pleinement dans la stratégie de Renault qui consiste à faire de la Re-Factory de Flins le premier site dédié à l’économie circulaire de la mobilité", souligne François Delion, directeur après-vente de la firme de Boulogne-Billancourt. Un projet aux objectifs toutefois très limités, puisque le but initial est de réaliser à peine un millier de transformations ! Les concepteurs demeurent réalistes.

Légalement possible depuis 2020

Depuis mars 2020, il est légalement possible d’effectuer une telle modification. Extrêmement exigeante en termes de sécurité, l’ réclame toutefois plusieurs dizaines de milliers d’euros (tests compris) pour chaque nouveau modèle. Du coup, chaque homologation demande plusieurs mois. Logique : il s’agit de transformer complètement, avec un moteur électrique et des batteries, un modèle conçu par le constructeur comme un véhicule à essence avec des emplacements d’organes mécaniques, une circulation des fluides, un poids, une répartition des masses totalement différents. C’est quasiment à une reconception totale - mais artisanale - de la voiture que l’on assiste, faisant fi de tous les milliers de kilomètres de tests durant la phase de développement initiale menée, elle, avec les moyens de conception et de réalisation des grands constru[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles