Aura Aero: la pépite aéronautique que la France pourrait perdre

Aura Aero

Alors que l’argent coule à flots chez les acteurs américains ou allemands (Lilium, Volocopter), le toulousain Aura Aero, qui développe un avion hybride de 19 places, a du mal à boucler sa levée de fonds, malgré 330 pré-commandes. Le reflet d’une frilosité financière typiquement française.

C’est l’histoire d’une start-up comme on en voit peu en France. Cinq ans après sa création par trois anciens d’Airbus et d’Assystem à Toulouse, Aura Aero a déjà développé deux avions de formation et de voltige, deux à moteur thermique (Integral R et Integral S), un électrique (Integral E, dont l'entrée en service est prévue en 2024), qui seront exposés au salon du Bourget (19 au 25 juin). Forte de 200 salariés et d’une usine à Toulouse Francazal, la jeune pousse travaille sur un avion de transport régional hybride de 19 places, ERA, qui a déjà récolté plus de 330 engagements d’achats, dont 200 avec le loueur Amedeo, connu pour ses achats d’A380. Pour construire ces avions, le groupe dirigé par l’ex-Airbus Jérémy Caussade a annoncé en mars dernier la construction d’une nouvelle usine de 40.000m2, toujours à Toulouse-Francazal, capable d’assembler 150 d’avions par an. Un investissement de 150 millions d’euros, dont 100 millions investis par Aura Aero.

Lors de son "Aura Day", organisé le 12 mai, la pépite toulousaine a également présenté le design définitif de son avion ERA, dont le premier vol est prévu en 2026 et l’entrée en service en 2028. L’appareil, hybride, est propulsé par huit moteurs électriques installés le long des ailes, alimentés par deux turbogénérateurs thermiques, qui pourront fonctionner avec 100% de carburant durable (SAF), et quatre packs de batteries. Ce système, développé avec le soutien de Safran, permet des vols 100% électriques sur des courtes distances, ou hybrides sur des routes plus longues. Aura estime la baisse d’émissions de CO2 à environ 80% par rapport aux avions actuels de taille similaire.

"Appareil de rupture"

L’avion de 19 sièges affiche une masse maximale au décollage de 8,6 tonnes et une vitesse maximale de 555 km/h, pour un rayon d’action de 1.667 km. "C’est un maximum : le cœur du marché pour l’aviation régionale est sur des vols de 370 à 650km, rappelle Gwénola Robert, directrice commerciale d’Aura Aero. C’est pour ce segment q[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi