La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 397,09
    -4 231,93 (-8,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Aura Aero, Ampaire, VoltAero… Qui gagnera la guerre de l’avion électrique?

·2 min de lecture

Avec la lettre d’intention pour l’achat de 200 avions régionaux ERA signée par le loueur Amedeo, la start-up toulousaine Aura Aero a frappé un grand coup. Mais l’américain Ampaire, le suédois Heart ou le français VoltAero fourbissent aussi leurs armes.

C’est ce qu’on appelle un coup fumant. Trois ans à peine après sa création, la a frappé un grand coup en signant, mardi 19 octobre, une lettre d’intention avec le groupe de leasing irlandais Amedeo pour l’achat de 200 avions régionaux ERA (Electric Regional Aircraft). Avec ce futur avion électrique de 19 places, Aura Aero voulait s’imposer comme un des leaders mondiaux du marché des avions électriques. L’intention de commande du loueur Amadeo, , est un sacré coup de boost pour la pépite toulousaine, qui prévoit un premier vol d’ERA en 2024, une certification en 2026, et une entrée en service en 2027. "Cet accord avec Amedeo est une validation importante de notre projet, qui nous crédibilise en tant qu'avionneur", se réjouit Jérémy Caussade, le patron fondateur du groupe.

Aura Aero ne part pas de zéro. Fondée en 2018 par des anciens d’Airbus et d’Assystem, la start-up avait déjà bluffé le petit monde de l’aéronautique en développant, en deux ans à peine, un premier avion de voltige à moteur thermique, l’Integral R, qui devrait être certifié ces prochains mois. Le groupe développe désormais une version électrique, l’Integral E, sur lequel il compte s’appuyer pour lancer ERA, son avion régional électrique de 19 sièges. Soutenu par le fonds de capital-innovation Innovacom, Bpifrance et la région Occitanie le groupe a installé son usine dans un hangar de l’ancienne base aérienne de Toulouse-Francazal. Il vise une nouvelle levée de fonds de 30 à 50 millions d’euros ces prochains mois.

Concurrence fournie

Ces moyens financiers ne seront pas de trop, tant la concurrence s’annonce rude. A l’heure actuelle, le seul avion électrique certifié est le Velis Electro du constructeur slovène Pipistrel, un petit biplace dédié à la formation et à l’entraînement. Mais de nombreuses start-up se sont lancées sur le créneau de l’avion électrique ou hybride: le français VoltAero, les américains Ampaire et Wright Electric, le suédois Heart Aerospace ou le britannique Faradair. Les géants d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles