Audrey Pulvar (ville de Paris) tente de sauver le circuit court Kelbongoo

DR

L'un des principaux réseaux de "circuit court" de produits fermiers dans la capitale a été placé en redressement judiciaire le 3 janvier. Via Audrey Pulvar, la ville de Paris se démène pour essayer de trouver un repreneur à la start-up Kelbongoo qui a été lâchée par ses actionnaires, une kyrielle de fonds à impact. La liquidation de l'entreprise serait lourde de sens alors que l'inflation fait les affaires des enseignes discount.

Triste Noël pour Kelbongoo. Fin décembre dernier, les cofondateurs de l'entreprise, Léa Barbier et Richard Fielding, ont reçu une fin de non recevoir de leurs actionnaires, une myriade de fonds très sensibles au caractère social et solidaire de ce réseau de produits fermiers en circuit court. Le plan de restructuration présenté par les deux managers de cette société ne les a pas convaincus. Kelbongoo a beau être agréé comme "entreprise solidaire d'utilité sociale", la réalité économique s'est imposée.

Les fonds à "impact" jettent l'éponge

Malgré les promesses de réduction de coûts, ils ont considéré que la start-up, qui a levé 3 millions d'euros en dix ans (en 2018 et 2021), n'était plus viable. Inco Ventures, NovESS, Maif, Aviva ou Phitrust, présents au tour de table, ont donc jeté l'éponge près de six mois après la présentation du nouveau plan stratégique, laissant les deux managers, la cinquantaine de salariés et des dizaines de petits producteurs fermiers de Picardie dans l'incertitude.

Une start-up repérée par Challenges

L'avenir de la société, repérée en 2014 dans les 100 start-up ou investir de Challenges, va donc se jouer d'ici au 30 janvier prochain, date de remise des éventuelles offres de reprises. "Nous sommes confiants, notre priorité étant la sauvegarde des emplois et de nos valeurs" explique Léa Barbier, qui compte sur le soutien de la ville de Paris, et en particulier de l'adjointe au maire Audrey Pulvar, "avec qui nous sommes en contact régulier".

Présence dans le nord de Paris et en Seine-Saint-Denis

Il est vrai que l'enseigne est bien connue dans les arrondissements du nord de la capitale, ou elle dispose de cinq magasins. Kelbongoo est également présent en Seine-Saint-Denis grâce à ses points relais mobiles distribuant des produits fermiers, essentiellement en provenance de Picardie, au plus près des habitants de Montreuil, Romainville, Noisy-le-Sec ou Pantin. En redressement judiciaire depuis le 3 janvier, c'est l'administrateur judiciaire Pau[...]

Lire la suite sur challenges.fr