Marchés français ouverture 6 h 43 min
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,40 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,12 (+0,35 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,2108
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    32 079,59
    +2 535,88 (+8,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    971,32
    +29,51 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     

Audrey Fleurot : "J’ai 43 ans et je n’ai jamais été aussi bien"

·2 min de lecture

Femme parfaite mais d’un nouveau genre. Dans « HPI», la série policière de TF1, Audrey Fleurot, mère célibataire à haut potentiel intellectuel, joue une tornade qui fait des ménages et résout des énigmes. Un personnage rebelle et provocant qui lui ressemble bien plus que toutes les bourgeoises qu’elle a incarnées depuis sa révélation dans « Engrenages». Sur les tournages comme à la maison, elle refuse qu’on lui dicte ses choix. Pour nous, le musée Rodin a ouvert ses portes

Pour la décrire, depuis quinze ans, on épuise la palette des métaphores cuivrées. On fait parler le feu. Étincelles, braises, flammes : toutes les étapes de la combustion y passent. Cette image de beauté incendiaire l’étonne toujours. Actrice caméléon, Audrey Fleurot accepte le glamour comme terrain de jeu… à condition de ne pas s’y sentir piégée. Contre les étiquettes qui collent à la peau et les rôles préconçus, elle a trouvé sa parade : l’humour. C’est ce charme-là qu’elle a distillé dans « HPI », la nouvelle comédie policière de TF1. L’actrice a pu participer à l’écriture de la série et développer son rôle de femme de ménage à haut potentiel intellectuel, embauchée comme consultante par les forces de l’ordre. « D’habitude, dit-elle, je vais vers le personnage. Pour une fois, je l’ai ramené à ce que je suis… C’est une version de moi moins policée. »

Lire aussi: Audrey Fleurot : "J’aimerais être là le jour où mon fils dira maman"

Elle est Morgane Alvaro, une mère célibataire qui traîne sur le terrain son bébé, ses galères et ses reparties sans filtre. On dirait la fille de Sherlock Holmes et de Julia Roberts dans « Erin Brockovich », cachant derrière son excentricité outrancière une sensibilité à fleur de peau. « Dans son rapport contrarié à l’autorité, sa puérilité, elle a un niveau de testostérone plus élevé que la plupart des femmes. Inverser les rapports traditionnels m’a plu. Souvent, dans les comédies, c’est la femme qui est un contrepoids à l’immaturité des hommes. L’ordre et la raison ? Ce n’est pas représentatif de ce que nous sommes, mes copines et moi. Le duo de comédie que je forme avec Mehdi Nebbou détonne : il joue le policier psychorigide, et moi, l’adulescente ! C’est moderne, original, et ça me(...)


Lire la suite sur Paris Match