La bourse ferme dans 4 h 4 min

Auchan secoué par un scandale de corruption en Russie

Auchan au cœur d'un scandale en Russie. Après la publication d'un article de presse évoquant une affaire qui "menace la viabilité financière" de sa filiale, le distributeur français a admis avoir été confronté à de la corruption en Russie, mais affirme qu'elle "a été traitée". Après la parution vendredi 6 mars d'un article des Echos, "je découvre ce matin que quelqu'un dit qu'il y a des mouvements de corruption en Russie. Je ne vais pas dire 'non', 'oui', je dis 'ah bon ? ok', on va avoir un 'check' particulier sur ce sujet-là, parce qu'à ma connaissance il n'y en avait plus", a déclaré Edgard Bonte, président d'Auchan Retail, à l'occasion de la publication des résultats annuels de la holding. "Il y a eu effectivement de la corruption qui a été détectée et traitée (en Russie) il y a des années, et des mois. Je n'ai pas connaissance de plus : s'il y a d'autres cas, on les traitera", a-t-il ajouté, assurant que le distributeur avait "des règles extrêmement strictes sur le sujet".

>> A lire aussi - La lourde condamnation d’Auchan suite aux blessures d’une cliente

Selon le quotidien économique, qui publie une enquête de son correspondant à Moscou, la filiale russe d'Auchan "est secouée par un scandale de corruption" et "le juriste qui était chargé de faire le ménage a été écarté après avoir été brutalement attaqué". Cet "avocat expert anti-corruption", Alexeï Jarkov, affirme avoir été "roué de coups de barre de fer à la tête" et "soupçonne l'un des cinq réseaux de corruption qu'il a découverts d'être derrière son agression", écrit le journal.

Une enquête judiciaire

Selon Alexeï Jarkov, cité par Les Echos, "entre 80 et 100 millions d'euros, soit de 2 à 3% du chiffre d'affaires réalisé en Russie, sont siphonnés chaque année grâce à cinq schémas de corruption, notamment aux marques propres, aux produits frais, aux fruits et légumes, mais aussi à la sécurité". "Le comité d'investigation de la région de Moscou chargé des affaires criminelles a lancé une enquête judiciaire", dit le

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Boeing : le retour du 737 MAX se complique un peu plus
Virements en double à la BNP Paribas, les conséquences d'une hausse des taux pour les crédits immobiliers... Le flash éco du jour
Var : ils reçoivent une grenade dans le jardin, la justice déclare un non-lieu
Coronavirus : les chauffeurs et livreurs Uber atteints du virus ou en quarantaine seront indemnisés
Coronavirus : des demandes de chômage partiel déposées par 900 entreprises