La bourse ferme dans 18 min
  • CAC 40

    6 216,45
    +51,34 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 976,51
    +36,05 (+0,91 %)
     
  • Dow Jones

    34 028,45
    +207,15 (+0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 790,30
    +11,90 (+0,67 %)
     
  • BTC-EUR

    46 722,60
    -404,22 (-0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 291,99
    +29,03 (+2,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,21
    -0,46 (-0,73 %)
     
  • DAX

    15 188,82
    +59,31 (+0,39 %)
     
  • FTSE 100

    6 908,75
    +48,88 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 833,88
    +47,61 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 153,82
    +18,88 (+0,46 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3935
    -0,0002 (-0,01 %)
     

Au travail comme dans notre vie perso, "l'émotion est notre meilleur tremplin"

·1 min de lecture

Comment élaborer une stratégie positive d'adaptation quand on se sent paralysé par la peur ou la colère ? En acceptant d’éprouver ces émotions, estime Catherine Aimelet-Périssol. Et, selon elle, ce qui vaut pour le commun des mortels est également indispensable pour les managers. «Des dirigeants m'ont un jour affirmé que la sensibilité d'un manager n'était pas compatible avec la vie en entreprise, raconte-t-elle. Et pourtant si : moins on accepte sa vulnérabilité, plus on est facilement KO !» Rencontre.

L'annonce d'un plan social ou d'une faillite, voire une simple incertitude sur l'avenir, peuvent suffire à saper l’énergie des plus volontaires d'entre nous. Quelles émotions sont alors en jeu ?

Catherine Aimelet-Périssol : Du tsunami émotionnel à la «petite» déstabilisation, un contexte de crise provoque chez les personnes touchées un traumatisme, parfois anesthésiant, qui charrie la peur, la tristesse et la colère. Ces trois émotions primaires, dites à tort «négatives», se déclinent en de multiples émotions secondaires selon leur degré d'intensité. Celles-ci constituent notre kit de survie face au danger : la peur déclenche la fuite ; la colère, la lutte ; la tristesse, le repli sur soi… Les trois pouvant s'imbriquer et se complexifier.

L'individu réagit différemment selon la trousse de secours qu'il s'est fabriquée en grandissant. Dans tous les cas, c'est le corps qui réagit d’abord – creux à l'estomac, sensation de vide, raidissement, etc. –, plus vite que la pensée rationnelle. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Alternance : l’aide à l’embauche pour les apprentis de la fonction publique territoriale est prolongée
Classes fermées : les arrêts de travail auxquels vous avez droit en tant que parents
Télétravail et vie privée : comment trouver le juste équilibre ?
8 méthodes éprouvées pour être un super manager dans le "monde d'après"
CEA, Ifremer, Cirad... voici les centres préférés dans la recherche publique